Huffpost Maroc mg

Le Comité des droits de l'homme de l'ONU appelle le Maroc à dépénaliser l'homosexualité

Publication: Mis à jour:
GAY
Le Comité des droits de l'homme de l'ONU appelle le Maroc à dépénaliser l'homosexualité | Juanmonino
Imprimer

SOCIÉTÉ - La politique marocaine en matière de droits de l'homme vient d'être passée au peigne fin par l'ONU. Et les résultats sont en demi-teinte pour le royaume.

En matière de discrimination et de violence fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité du genre, le Comité des droits de l'homme des Nations unies, qui a examiné fin octobre le sixième rapport périodique du Maroc, se dit "préoccupé".

Dans le détail, le comité déplore "la criminalisation de l’homosexualité sanctionnée d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans et les arrestations opérées sur cette base", mais également "les allégations d’incitation à la haine, de discrimination et de violence à l’encontre de personnes en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre".

"Abroger l’article 489"

Le Maroc devrait ainsi prendre des mesures pour "abroger l’article 489 du Code pénal afin de décriminaliser l’homosexualité et les relations sexuelles entre adultes consentants du même sexe et remettre en liberté quiconque se trouve en détention uniquement au motif de relations sexuelles librement et mutuellement consenties".

Le comité onusien appelle également le royaume à "mettre fin à la stigmatisation sociale de l’homosexualité, à l’incitation à la haine, à la discrimination et aux violences perpétrées à l’encontre de personnes en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre réelle ou supposée".

De nombreux cas de violences à l'égard de personnes homosexuelles ou d'arrestations ont défrayé la chronique cette année. Récemment, ce sont deux adolescentes de Marrakech, surprises en train de s'embrasser, qui ont été arrêtées et placées en garde à vue. Actuellement poursuivies en liberté provisoire, elles doivent comparaître devant le tribunal le 25 novembre.

L’article 489 du code pénal marocain prévoit des peines de prison et des amendes pour qui se rend coupable "d'actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe". L'homosexualité est passible de 6 mois à 3 ans d'emprisonnement et d'une amende de 120 à 1200 dirhams.

LIRE AUSSI: