Huffpost Maroc mg

Un an après l'accord de Paris, une COP22 pour trouver comment sauver concrètement le climat

Publication: Mis à jour:
COP22
(L-R) UNFCCC Spokesperson Nick Nuttall, Executive Secretary of the UN Framework Convention on Climate Change Patricia Espinosa and Moroccan Foreign Minister and COP22 President Salaheddine Mezouar attend the World Climate Change Conference 2016 (COP22) in Marrakech, Morocco, November 6, 2016. REUTERS/Youssef Boudlal | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

ENVIRONNEMENT - Il y a près d'un an, le 12 décembre 2015, 195 pays se sont mis d'accord pour tenter d'endiguer le réchauffement climatique. Si la COP21 organisée à Paris était clairement un succès, et si la ratification de l'accord de Paris se fait à un rythme très élevé, cela ne veut pas dire pour autant que le monde est sauvé. Loin, très loin de là.

A dire vrai, spécialistes et chercheurs ne savent même pas si l'engagement pris par les Etats de limiter le réchauffement à 1,5°C d'augmentation est techniquement atteignable. Et si oui, comment? C'est notamment sur ces questions que vont travailler les délégations des différents pays à l'occasion de la COP22, qui débute ce lundi 7 novembre à Marrakech.

Certes, ces 11 jours feront moins parler que la précédente. Pourtant, l'urgence est toujours là. Car l'accord de Paris, qui ne rentrera en vigueur qu'en 2020, n'est qu'un cadre général, une promesse. Encore faut-il que les pays mettent en place les réformes nécessaires pour arriver à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L'heure de dévoiler ses plans...

Bref, après la loi en 2015, il va falloir trouver des décrets d'application pour qu'elle rentre en vigueur. "La Conférence de Marrakech sur le climat devra être celle des solutions", a déclaré l'Elysée vendredi 4 novembre. "Pour la COP22, il est temps pour les dirigeants de passer de la vision à l'action", a estimé Andrew Steer, du think tank World ressources institute, lors d'une conférence de presse.

Parmi les sujets qui doivent progresser: la définition des règles de transparence (vérification des engagements nationaux), la montée en puissance de l'aide financière aux pays en développement, l'aide technique pour mettre en place des politiques de développement "propre" et la présentation des stratégies nationales à 2050.

Car pour l'instant, nul ne sait vraiment comment chaque pays va réussir à tenir ses engagements. Chaque Etat doit donc présenter son plan pour arriver à réduire ses émissions de CO2 d'ici 2050. "Ces plans sont nouveaux, et il n'y aucun élément gravé dans le marbre", explique au HuffPost Liz Gallagher d'E3G, une ONG spécialisée sur les questions environnementales. A l'occasion de la COP22, il est probable que les Etats-Unis dévoilent leur stratégie de bataille d'ici à 2050.

Et d'en préparer de nouveaux

Le problème, c'est que même si chaque pays trouve un plan lui permettant de respecter ses promesses, le compte n'y est pas. La somme des engagements actuels met la planète sur un trajectoire de +3°C, voire 3,4° selon un rapport de l'ONU paru jeudi 3 novembre, qui s'alarme de la hausse ininterrompue des émissions mondiales.

Il y a aussi la question de la transparence. Les pays se sont engagés à faire un inventaire de leurs efforts et à remettre à niveau régulièrement leurs objectifs. "L'enjeu le plus important à Marrakech, c'est de se mettre d'accord sur une date-butoir pour décider des règles d'application de l'accord, notamment les règles de transparence", estime la négociatrice française Laurence Tubiana, interrogée par l'AFP. "2017 ce n'est pas réaliste, mais 2018 c'est envisageable", selon elle.

La COP22 sera également l'occasion de mesurer les progrès faits par certaines des quelque 70 coalitions lancées à l'occasion de la COP21 (alliance solaire, innovation, pratiques agricoles, systèmes d'alerte, etc.).

Celles-ci ont été élaborées à la fois par des Etats, des grandes villes, ou encore des sociétés privées, et ont pour but d'anticiper l'accord de Paris en accélérant dès maintenant la transition énergétique. Et au vu de ce qu'il reste à accomplir pour réussir à limiter le réchauffement climatique, toute initiative est bonne à prendre.

LIRE AUSSI: Arrivée du COPiste dans Marrakech la Verte

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
La centrale Noor en 10 images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction