Huffpost Maroc mg

Al Di Meola: "J'aime beaucoup la musique gnawa"

Publication: Mis à jour:
AL DI MEOLA
U.S. guitarist Al Di Meola performs with his World Sinfonia band during the 22nd Malta Jazz Festival in Valletta, July 19, 2012. REUTERS/Darrin Zammit Lupi (MALTA - Tags: ENTERTAINMENT SOCIETY) MALTA OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN MALTA | Darrin Zammit Lupi / Reuters
Imprimer

MUSIQUE - Les amateurs de jazz-fusion vont de nouveau être servis. Après une première apparition au Festival Jazzablanca en 2007 et deux prestations à Mawazine en 2008 et 2009, Al Di Meola revient au Maroc.

Le 9 novembre, le guitariste virtuose investira la scène du Megarama à Casablanca, dans le cadre du Casa Live Sessions, nouveau concept lancé par le Festival Jazzablanca. Initialement prévu le 19 octobre, le concert avait dans un premier temps été annulé pour des raisons d'ordre organisationnel.

Connu et reconnu pour sa technique hors du commun, ses compositions jazz-rock et ses influences latines et flamencas, le musicien italo-américain de 62 ans a débuté sa carrière en 1974 après des études au Berklee College of Music à Boston. Depuis, il a produit plus de 25 albums solo, vendus plus de 6 millions d'albums dans le monde, remporté trois disques d'or et collaboré avec quelques uns des plus grands musiciens de la planète.

Dans cette interview réalisée par mail, Al Di Meola revient (brièvement) sur ses souvenirs au Maroc, sa passion pour la musique d'Astor Piazzola et son prochain album "Morocco Fantasia", inspiré des musiques marocaines.

HuffPost Maroc: Le 9 novembre, vous remontez sur scène pour la quatrième fois au Maroc. Vous êtes un habitué du Maroc maintenant, non?

Al Di Meola: Le public marocain a toujours été étonnamment informé sur ma musique et mon premier concert à Mawazine a reçu un accueil impressionnant. J'ai de merveilleux souvenirs du Maroc!

Entre vos premiers travaux musicaux dans les années 70 et votre dernier opus "Elysium", votre jeu a énormément évolué. La technique a laissé place à plus de musicalité, et votre jeu est devenu plus "aérien". Est-ce l'effet de l'âge?

Oui et non. C'est juste le fait que mon côté compositeur a évolué et est, à titre exemple, bien plus influençable.

Votre carrière est marquée par plusieurs collaborations avec des musiciens parmi les plus grands du monde. Y a-t-il des musiciens avec qui vous aimeriez collaborer aujourd'hui?

Si Astor Piazzola était encore vivant, mon prochain projet se serait fait avec lui! Il était ma plus grande inspiration en tant que compositeur.

Du flamenco au rock progressif en passant par la musique argentine, vous avez exploré une grande variété de styles tout au long de votre carrière. A quand un album inspiré des musiques marocaines?

J'aime beaucoup la musique gnawa marocaine! J'adorerais faire quelque chose avec. Mon album live "Morocco Fantasia" sortira en décembre ou janvier.

LIRE AUSSI: