Huffpost Maroc mg

Les oasis marocaines menacées par les changements climatiques

Publication: Mis à jour:
OASIS
A Tafilelt, la plus grande oasis au monde est menacée par le changement climatique | DR
Imprimer

CLIMAT - "Les oasis marocaines figurent parmi les écosystèmes les plus touchés par les changements climatiques". Ce constat alarmant a été dressé, vendredi à Marrakech, par le doyen de la Faculté des sciences Semlalia, Hassan Hbid.

"Cette nouvelle donne a eu pour conséquences la diminution des rendements de la production agricole, la pauvreté, la détérioration accélérée des ressources naturelles essentielles, à savoir, la flore, la faune, la biodiversité, les sols et les eaux", a-t-il ajouté lors d’une conférence sur le thème "Palmier dattier et oasis, atouts et contraintes".

cette région a subi de plein fouet l’impact des changements climatiques

Le directeur de l’Agence régionale de l’exécution des projets (AREP) relevant du Conseil régional de Dra-Tafilalet, Ibrahim Jaâfar, a lui, indiqué que cette région "a subi de plein fouet l’impact des changements climatiques", ajoutant que "des études effectuées sur la précarité des oasis ont prouvé l’impact des changements climatiques sur les ressources hydriques, ce qui incite à prendre des mesures afin de s’adapter avec ces changements".

Ibrahim Jaâfar est revenu sur les résultats de l’impact des changements climatiques dans cette région, dont "la réduction du rendement des dattiers, l’augmentation de la superficie de la culture des dattiers atteints de maladies, l’exode rurale".

L'agence MAP rapporte que "d’autres intervenants à cette conférence, organisée en marge de la COP22, ont souligné que la communauté internationale s’accorde sur le constat que le changement climatique est l’une des plus importantes menaces pesant sur l’équilibre des écosystèmes, et que le Maroc n’échappe pas à ce phénomène en raison des perturbations climatiques qu’il a connues depuis plusieurs années".

Le constat a montré qu’au Maroc la superficie des palmeraies a été réduite significativement durant les dernières années résultant de la recrudescence des phénomènes de sécheresse, de la salinité des sols et de la propagation du Bayoud (une maladie fongique qui touche les palmiers dattiers, ndlr).

Avec une superficie de près de 77.000 km2, la région de Tafilalet, dans le sud-est du Maroc, abrite la plus grande oasis au monde. "Aujourd’hui, ces îlots de verdure perdus dans le désert sont confrontés aux impacts des changements climatiques (récurrence des sécheresses, multiplication des phénomènes climatiques extrêmes). Avec la diminution des ressources en eau et la dégradation des sols, l’activité agricole recule dans les zones oasiennes", expliquait récemment le comité d'organisation de la COP22. Pour y remédier, le Maroc s'est fixé trois grands objectifs, à savoir la reconnaissance des problématiques liées aux changements climatiques dans la préservation des oasis, leur préservation et leur développement "selon un modèle de résilience face aux changements climatiques".

LIRE AUSSI: