Huffpost Maroc mg

Une semaine après la mort de Mouhcine Fikri, Al-Hoceima ne décolère pas (REPORTAGE)

Publication: Mis à jour:
HOCEIMA
Deux enfants allument une bougie en mémoire de Mouhcine Fikri, le 4 novembre à Al-Hoceima | Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
Imprimer

REPORTAGE - Ce vendredi 4 novembre à Al-Hoceima, le petit port de pêche de la ville était à l'arrêt malgré la présence de plusieurs pêcheurs. Les bateaux ne partent plus, la pêche à l'espadon y est désormais interdite. Dans le village d'Imzouren, près d'Al-Hoceima, la famille de Mouhcine Fikri le pleure encore. Le soir même, des milliers de personnes se sont rassemblées pour crier leur colère contre les autorités et dénoncer la "hogra". Reportage en images.

  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Vue de la ville d'Al-Hoceima au Maroc où un vendeur de poisson a trouvé la mort le 28 octobre 2016, happé par une benne à ordures alors qu'il tentait de s'opposer à la destruction de sa marchandise par les autorités de la ville.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Des pêcheurs travaillent sur le port d'Al-Hoceima au Maroc, où travaillait Mouhcine Fikri jusqu'à son décès le 28 octobre 2016.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    La rue d'Imzouren où vit la famille de Mouhcine Fikri.
  • Imzouren, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Ali Fikri, père de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Des milliers de personnes sont dans la rue le 4 novembre à Al-Hoceima, une semaine après la mort de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Beaucoup de manifestants arborent le drapeau Amazigh, près d'une semaine après le décès tragique de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Des milliers de personnes sont dans la rue le 4 novembre à Al-Hoceima au Maroc pour dénoncer les circonstances de la mort de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Ayman a 19 ans et il est originaire d'Al-Hoceima. Il participait déjà en 2011 au mouvement du 20 février. Sa pancarte signifie "On ne t'oublie pas Mouhcine" et "Le Rif ne se soumettra jamais".
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Une camionnette sur laquelle est collé un portrait de Mouhcine Fikri traverse la foule. "Nous sommes tous Mouhcine Fikri", lit-on sur la pancarte collée à la camionnette.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    "Non à la corruption", non à la hogra", scandent des milliers de manifestants qui ont investi les rues d'Al-Hoceima pour dénoncer les circonstances du décès de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Deux enfants allument une bougie en mémoire de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Des passants filment la manifestation depuis un mur qui borde la route.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Les mères de familles et leurs enfants sont descendues dans la rue pour manifester, une semaine après la mort de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Un homme allume une bougie en mémoire de Mouhcine Fikri.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Un petit garçon et sa bougie.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Les organisateurs de la marche protègent des bâtiment.
  • Al-Hoceima, Maroc, le 4 novembre 2016.
    Louis Witter © Hans Lucas pour Le HuffPost Maroc
    Un enfant manifeste avec le drapeau Amazigh. Des pancartes appellent à mettre fin à la "hogra".
LIRE AUSSI: