Huffpost Maroc mg

La fusion des ENSA-FST-EST provisoirement suspendue

Publication: Mis à jour:
ENSA
Collectif ENSA
Imprimer

ENSEIGNEMENT - Alors que la polémique ne désenfle pas depuis la publication, en août, d’un décret entérinant la fusion des Ecoles nationales de sciences appliquée (ENSA), des Facultés de sciences et technologies (FST) et des Ecoles des sciences et technologies (EST), entrainant une vague de manifestations des étudiants de l'ENSA, le ministère de l'Enseignement supérieur cède à la pression des étudiants et fait marche arrière, du moins provisoirement.

Dans un entretien accordé vendredi à l'agence MAP, la ministre par intérim de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Jamila El Moussali, a indiqué qu'il a été convenu au sein du gouvernement, en coordination avec le chef du gouvernement et le Secrétariat général du gouvernement, d'introduire un amendement sur le décret publié en août dernier et qui est à l'origine de la colère des étudiants de l'ENSA.

Il n'y a plus de motif pour boycotter les cours

L'opération fusion de l'École nationale des sciences appliquées (ENSA) avec les écoles polytechniques a donc été provisoirement suspendue "jusqu'à ce que les conditions juridiques, administratives et techniques soient remplies". Si le projet n'a pas été définitivement abandonné, sa mise en œuvre "ne sera pas effectuée en une année ou deux, mais nécessitera plusieurs années pour lui garantir les conditions de réussite", a ajouté la ministre.

Les étudiants qui poursuivent leurs cours à l'ENSA de la première année jusqu'à la cinquième année obtiendront des diplômes délivrés au nom de l'ENSA, a rassuré la ministre par interim.

Jamila El Moussali a également estimé qu'"il n'y a plus de motif pour boycotter les cours aux écoles nationales des sciences appliquées", et que les étudiants des 11 ENSA que compte le pays "vont reprendre leurs études de manière normale".

Préparée depuis fin 2015, la fusion a été entérinée par un décret publié au Bulletin officiel en août dernier. Depuis, les étudiants des 11 Ecoles nationales des sciences appliquées (ENSA) ont engagé un bras de fer avec le ministère de l'Enseignement supérieur et tenu plusieurs sit-in pour réclamer l'annulation de la fusion. Dernier en date: le 29 octobre devant le parlement à Rabat.

LIRE AUSSI: