Huffpost Maroc mg

Corinne Lepage: "La COP22 sera l'occasion de mettre l'accent sur l'Afrique"

Publication: Mis à jour:
CORINNE LEPAGE
French lawyer responsible for defending Swiss interests Corinne Lepage attends a press conference concerning the French nuclear plant Bugey on March 7, 2016 in Geneva.The Swiss canton of Geneva on March 2, filed a complaint against French nuclear plant Bugey located in the neighbouring French region of Ain, for 'deliberately putting in danger the life of others and polluting waters'. The legal action came after repeated demands by the Swiss for France to close the nuclear plant down. / AFP / FAB | FABRICE COFFRINI
Imprimer

COP22 - C'est officiel. L'accord de Paris est entré en vigueur ce vendredi 4 novembre, après avoir été ratifié par 92 pays, dépassant le seuil des 55 pays signataires, responsables de plus de 55% des émissions de gaz mondiales à effet de serre, nécessaires à son application.

Son objectif? Limiter le réchauffement climatique mondial en dessous de 2°C et atteindre idéalement le seuil de 1,5°C. Mais si l'on connait le rôle des gouvernements, de la société civile et des industriels dans ce processus limitant les effets du réchauffement climatique, on en sait moins sur le rôle que peuvent jouer les juristes dans ce chemin vers la maîtrise de ce fléau qui menace la Terre.

Lors d'une journée sur "les enjeux juridiques" de la COP22 organisée ce vendredi 4 octobre dans un hôtel casablancais en partenariat avec l'Union internationale des avocats, l'avocate et ancienne ministre française de l'Environnement Corinne Lepage a expliqué les enjeux de la conférence du climat, qui se tient à Marrakech à partir du 7 novembre.

"La COP22 devrait être la conférence du passage aux actes", a-t-elle expliqué. Pour la juriste et femme politique, la conférence du climat à Marrakech permettra de "concrétiser l'agenda des solutions, fixer un prix pour le carbone et préciser la manière dont le financement sera assuré".

La tenue de la COP au Maroc sera également l'occasion de "mettre l'accent sur l'Afrique", notamment sur "l'électrification propre" en Afrique, et la mise en place d'une politique agricole africaine "pour éviter les drames que connaissent les autres régions du monde", a expliqué Corinne Lepage.

Mais l'entrée en vigueur de l'accord de Paris est-elle suffisante pour garantir cette nouvelle ère éco-responsable dans laquelle devraient entrer les Etats signataires? Pas nécessairement, indique la femme politique engagée dans la protection de l'environnement. "Les dispositions contraignantes pour les Etats sont quasiment inexistantes", déplore-t-elle.

Pour ce qui est des engagements pour limiter les émissions de gaz à effet de serre sur l'échelle nationale, "ils n'ont fait l'objet que de notifications purement indicatives", tient-elle à rappeler.

Des engagements de nature collective ont été cependant explicités dans le texte de l'accord de Paris, récemment entré dans le droit international, notamment en termes de "surveillance des émissions, ou d'alimentation des fonds verts". Sauf que "ces dispositions restent vagues", selon l'ex-ministre française de l'environnement.

LIRE AUSSI: Parade et jeux de lumière à Marrakech pour l'entrée en vigueur de l'accord sur le climat