Huffpost Tunisie mg

Les internautes tunisiens entre soutien au ministre limogé et défiance envers Youssef Chahed

Publication: Mis à jour:
BEN SALEM
Facebook/ministère des affaires religieuses
Imprimer

Le limogeage du ministre des Affaires religieuses Abdejlil Ben Salem par le chef du gouvernement Youssef Chahed, suite à ses propos sur l'Arabie Saoudite fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. Personnalités politiques, figures de la société civile et citoyens ont donné leur avis sur ce limogeage.

Soutien au ministre limogé pour les-uns pour avoir eu le courage de dire tout haut ce que certains pensent tout bas, soutien au chef du gouvernement pour avoir pris ses responsabilités pour d'autres, ce limogeage ne laisse pas la webosphère tunisienne indifférente:

Légende: "Un scandale de grande ampleur! Une mascarade!" déplore cette internaute qui reproche au chef du gouvernement de s'inquiéter des Saoudiens mais pas de la Tunisie. "Mon soutien total et indéfectible à Abdejlil Ben Salem qui n'a pas fait grand chose, juste rappeler la réalité et la vérité historique!" conclut-elle

Légende: "Il me plait. C'est ce que requiert la responsabilité. Même le 'départ vers d'autres occupations', ils n'en peuvent plus en rêver" indique cet internaute en référence au fait que d'anciens ministres soient nommés ailleurs après leur éviction.

Légende: "Ce ministère doit être dissout et adjoint au ministère de l'Intérieur"

Légende: "Quand le ministre a eu raison, il s'est fait virer pour les beaux yeux de l'Arabie Saoudite"

Légende: "hahahahaha...seuls ses élèves me font pitié puisque Abdejlil Ben Salem va leur revenir"

Légende: "S'il avait insulté les chiites, il aurait été chef du gouvernement"

Légende: "Normalement, il aurait dû dire que le Wahabisme exporte l'art, la culture, l'indulgence et la démocratie"

Légende: "Certains politiciens n'avaient-ils pas dit qu'il était wahabite, vous avez été injuste envers lui, il s'est avéré qu'il est bouguibien et qu'il est rentré dans le tas des Ibn Wahab. Tout mon soutien à M. le ministre".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.