Huffpost Tunisie mg

Tunisie: Le chef du gouvernement démet le ministre des Affaires religieuses après ses déclarations sur l'Arabie Saoudite

Publication: Mis à jour:
YOUSSEF CHAHED
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a décidé de limoger le ministre des Affaires religieuses Abdejlil Ben Salem indique un communiqué publié par la présidence du gouvernement.

Selon celui-ci, la raison du limogeage est "l'irrespect des normes du travail gouvernemental et ses déclarations qui ont touché les principes et les bases de la diplomatie tunisienne".

Le chef du gouvernement a nommé Ghazi Jeribi, ministre de la Justice en remplacement de Abdejlil Ben Salem de façon intérimaire.

Lors d'une séance d'audition du ministre des Affaires religieuses à la commission des finances, de la planification et du développement, Abdejlil Ben Salem avait déclaré avoir été le seul à avoir eu assez de courage pour demander à l’ambassadeur de l’Arabie Saoudite et au secrétaire-général des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur arabes, qui est saoudien, de "réformer les écoles de leur pays puisque le terrorisme provient, historiquement, de ces lieux".

Il a en outre expliqué que le phénomène du "takfir" – le fait de qualifier les autres de mécréants – provient uniquement de l’école Wahhabite, indiquant qu'indépendamment de la bonne ou de la mauvaise foi, le terrorisme et l’extrémisme qui sont aujourd’hui propagés un peu partout dans le monde ne proviennent que de cette école dont l’origine est l’Arabie Saoudite.

Pour démettre Abdejlil Ben Salem de ses fonctions, Youssef Chahed s'est appuyé sur l'article 92 de la Constitution, qui affirme que le chef du gouvernement est compétent pour "révocation et réception de démission d'un ou plusieurs membres du gouvernement".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.