Huffpost Maroc mg

Futur gouvernement: "Il s'agit d'aplanir les divergences entre les partis"

Publication: Mis à jour:
MAJORIT
DR
Imprimer

MAJORITÉ - Au moment où les négociations pour la formation du prochain gouvernement semblent ne pas avancer, la priorité du moment sera d'"aplanir les divergences entre les partis politiques", indique le président du Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) Saâdeddine El Othmani au HuffPost Maroc.

Optimiste, Saâdeddine El Othmani estime que "cette question sera probablement réglée dans les prochains jours". Pour notre interlocuteur, la phase de pourparlers concernant les portefeuilles ministériels sera moins chronophage que celle-ci. Saâdeddine El Othmani indique qu'il y a eu des prises de contact avec les partis politiques, mais qu'"il n'y a rien de nouveau jusqu'à présent".

Selon une source au secrétariat général du PJD, contactée par le HuffPost Maroc, le fait que le roi soit toujours à l'étranger, ainsi que la tenue de la COP 22 à Marrakech du 7 au 18 novembre, "nous permettront d'avoir un délai supplémentaire pour finaliser la formation du gouvernement". Notre source révèle, par ailleurs, que le PJD s'est accordé un délai entre 40 jours à deux mois après les élections pour former le gouvernement.

Si l'Istiqlal et le Parti du progrès et du socialisme (PPS) ont déjà tranché, concernant leur alliance avec le Parti de la justice et du développement, le Rassemblement national des indépendants (RNI) devrait prendre une position définitive sur le sujet lors d'une rencontre de son bureau politique. La décision du RNI engagera très probablement celle de l'Union constitutionnelle (UC), qui a décidé de faire front commun avec le parti présidé par Aziz Akhannouch. Si la participation du RNI au prochain gouvernement semble assurée, celle de l'UC l'est moins.

Le Mouvement populaire (MP), lui, a délégué à son secrétaire général la tâche de conduire les négociations avec le chef du gouvernement, lors du Conseil national du parti, qui s'est tenu samedi 29 octobre.

Pour l'Union socialiste des forces populaires (USFP), les choses sont plus compliquées. En théorie, le parti devrait réunir sa commission administrative pour trancher quant à une éventuelle participation au gouvernement. Aucune date n'a, jusqu'à présent, été arrêtée pour cette réunion.

LIRE AUSSI: