Huffpost Maroc mg

L'accord de Paris sur le climat entre en vigueur

Publication: Mis à jour:
MEZOUAR ESPINOSA
L'accord de Paris sur le climat entre en vigueur | DR
Imprimer

CLIMAT - C'est fait. Adopté en décembre dernier à Paris lors de la COP21, l'accord sur le changement climatique est officiellement entré en vigueur ce vendredi 4 novembre, soit trois jours avant la tenue de la COP22 à Marrakech.

Sur les 192 signataires de l'accord, 92 pays l'ont déjà ratifié, dépassant largement le seuil minimal de 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre requis pour son entrée en vigueur.

Un jour "historique"

"L'Humanité se souviendra du 4 novembre 2016 comme le jour où les pays du monde entier ont arrêté la marche vers une catastrophe climatique qui semblait inévitable et ont ouvert la voie à un avenir durable", indiquent, dans un communiqué, Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), et Salaheddine Mezouar, président de la COP22 et ministre marocain des Affaires étrangères.

"L'Accord (...) matérialise la volonté politique, économique et sociale des gouvernements, villes, régions, citoyens, entreprises et investisseurs de vaincre la menace qu’un changement climatique non maîtrisé représente pour la nature humaine", poursuivent-ils.

Tristes records

Si le principal objectif de l'Accord de Paris est de limiter le réchauffement mondial en dessous de 2°C et d'atteindre, si possible, l'objectif de 1,5°C, il reste encore du chemin à parcourir pour les Etats signataires. Car les indicateurs du réchauffement climatique connaissent de nouveaux records inquiétants.

Cette année, la planète pourrait en effet battre son troisième record annuel consécutif de chaleur depuis le début des relevés établis en 1880. Le dioxyde de carbone a atteint pour la première fois en 2015 la barre symbolique des 400 particules par million et a battu de nouveaux records en 2016, rappelle le communiqué.

La fonte des glaces n'est pas en reste. Entre 1984 et 2016, la quantité de glace ancienne (plus de 5 ans) dans la mer Arctique est passée de 1,86 million de kilomètres carrés à 110.000 kilomètres carrés, a récemment fait savoir la NASA.

"Le monde n’est donc pas encore en voie d’atteindre l'objectif essentiel de l'Accord de Paris (...) afin d’éviter un basculement climatique dangereux irréversible", indiquent Mme Espinosa et M. Mezouar.

100 milliards de dollars annuels d'ici à 2020

L'entrée en vigueur de l'Accord de Paris doit ainsi pousser les pays à finaliser, au plus tard en 2018, "les derniers détails des règles qui permettront de mesurer, rendre compte et évaluer l'action climatique mondiale", mais également à mettre en place les mécanismes d'aide et de financement pour les pays en développement.

Pour ce faire, la COP22, qui se veut celle de "l'action", doit permettre aux gouvernements et parties prenantes non-étatiques de concrétiser les engagements pris pour lutter contre les impacts du changement climatique.

"Nous attendons de la conférence de la COP22 de Marrakech qu’elle accélère l’élaboration des règles de transparence et qu’elle voie émerger une feuille de route claire des pays développés pour la mobilisation de 100 milliards de dollars annuels d'ici à 2020, afin de soutenir l'action climatique dans les pays en développement", indiquent les deux responsables.

Selon l'OCDE, 67 milliards de dollars sur les 100 milliards attendus ont déjà été promis par différents acteurs, qu'il s'agisse d'Etats, de banques ou d'organisations internationales.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
La centrale Noor en 10 images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction