Huffpost Maroc mg

Abou Bakr Al-Baghdadi appelle Daech à "tenir" Mossoul et détruire les villes occidentales

Publication: Mis à jour:
ABOU BAKR ALBAGHDADI
Abou Bakr Al-Baghdadi appelle Daech à "tenir" Mossoul et détruire les villes occidentales | AFP
Imprimer

INTERNATIONAL - Il ne s'était pas exprimé depuis décembre 2015. Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe Etat islamique (EI), a appelé ses troupes à "tenir" Mossoul, bastion irakien des jihadistes visé par une vaste offensive des forces irakiennes, mercredi 2 novembre.

Dans son premier message de l'année, diffusé par Al-Furqan, un organe de propagande de l'EI, une voix présentée comme celle du leader jihadiste appelle ses combattants, qui seraient entre 3000 et 5000 dans Mossoul, à ne pas se "replier" face à l'armée irakienne, épaulée dans son avancée par une coalition internationale menée par les Etats-Unis.

"Tenir ses positions dans l'honneur est mille fois plus aisé que de se replier dans la honte", assène le chef jihadiste, dont l'état de santé et les déplacements font l'objet de nombreuses spéculations.

Mossoul, ville symbolique pour Baghdadi

Mossoul, deuxième ville d'Irak, est le bastion de l'EI dans le pays. C'est d'une de ses mosquées que Baghdadi en juin 2014 avait proclamé son "califat" réunissant les territoires conquis en Irak et en Syrie. Depuis, ces territoires ont fortement rétréci et le 17 octobre les troupes irakiennes ont lancé une vaste offensive pour reprendre la ville.

Il y incite également ses partisans à s'en prendre à l'Arabie saoudite et à la Turquie, qui dispose de troupes stationnées sur une base près de Mossoul et veut jouer un rôle dans l'offensive sur la ville.

Sur le plan intérieur, Baghdadi accuse les responsables politiques irakiens sunnites de "trahison". Il tente aussi de jouer sur la corde sectariste en rappelant que, au sein de l'armée irakienne, des soldats arborent des drapeaux et des slogans à la gloire de figures révérées dans l'islam chiite.

Une "prison à ciel ouvert"

Les forces irakiennes sont désormais positionnées à la périphérie est Mossoul et le crépitement des armes automatiques se faisait entendre à Gogjali, aux portes de la ville, où l'unité d'élite du contre-terrorisme (CTS) consolidait ses positions.

Les opérations ont cependant été limitées par les vents de sable balayant les environs de Mossoul, au coeur de la vaste plaine de Ninive. Aucun signe d'une poussée à l'intérieur de la grande ville n'a été remarqué, au lendemain de l'annonce, par l'armée, d'une première incursion dans un quartier de l'est.

Des habitants de Gogjali sont ressortis dans la rue après s'être calfeutrés chez eux durant les combats. Ne cachant pas leur joie, des hommes se rasent en public la longue barbe que les jihadistes les obligeaient à laisser pousser. "On sort de la prison à ciel ouvert où on vivait", s'est réjoui Abou Ahmed.

Mais à quelques kilomètres de Gogjali, l'incertitude demeure pour les habitants de Mossoul, qui compterait 600.000 enfants selon l'ONG Save The Children. "Nous nous préparons à présent pour le pire. Les vies de 1,2 million de civils sont en grand danger", s'est alarmé le directeur pour l'Irak du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), une des ONG les plus actives dans ce pays.

Boucliers humains

"Les habitants ont pendant près de deux ans et demi vécu un cauchemar terrifiant et ininterrompu. Nous avons tous à présent la responsabilité de mettre un terme à cela", a ajouté Wolfgang Gressmann. Le NRC, comme d'autres ONG, demande l'ouverture de couloirs humanitaires pour que les habitants puissent quitter la ville et rejoindre les quelques camps ouverts dans la région.

Quelque 20.000 personnes ont déjà été déplacées depuis le début des opérations sur Mossoul, selon l'Organisation internationale pour les migrations. L'ONU a exprimé ses "sérieuses inquiétudes" quant au sort de dizaines de milliers de civils que l'EI aurait emmenés pour possiblement les utiliser comme boucliers humains.

Le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme avait indiqué mardi que les jihadistes auraient tenté de transporter dans des camions et autocars "quelque 25.000 civils" de la localité de Hamam al-Alil pour les rapprocher de la métropole.

LIRE AUSSI: