Huffpost Algeria mg

Le pétrole creuse ses pertes, les réserves américaines s'accumulent

Publication: Mis à jour:
OIL PRICE
3D image showing graph of decreasing oil prices in the design of the information related to the economy | Terminator3D via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens pour la quatrième séance consécutive, une première évaluation faisant état d'une forte hausse des réserves américaines de brut et les marchés désespérant d'un accord de l'Opep.

Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 47,43 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 71 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le mois de décembre cédait 74 cents à 45,93 dollars.

Vers 09H30 GMT, le Brent a atteint 47,36 dollars et le WTI 45,88 dollars, tous deux à leurs plus bas depuis le 28 septembre et l'annonce par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d'un accord de limitation de la production.

Cet accord aurait permis au cartel de résoudre le problème de surproduction mondiale, une thématique mise en exergue mardi par les données hebdomadaires sur les réserves américaines de l'association professionnelle American Petroleum Institute (API).

Les réserves de brut auraient augmenté de 9,3 millions de barils la semaine dernière, plus de neuf fois ce qui était attendu par les analystes, notait Dorian Lucas, analyste chez Inenco.

Selon un consensus compilé par l'agence Bloomberg, les analystes s'attendent à ce que le rapport officiel du département américain de l'Énergie (DoE) pour la semaine close le 28 octobre fasse état mercredi d'une hausse de 1,5 million de barils pour le brut, une baisse de 1 million de barils pour l'essence et une baisse de 1,8 million de barils pour les produits distillés.

Le DoE, dont les données sont jugées plus fiables par les marchés, devrait publier son rapport hebdomadaire vers 14H30 GMT.

Les craintes sur la surproduction venaient également de l'intérieur de l'Opep. Mardi, le ministre nigérian du Pétrole Emmanuel Kachiwu a annoncé que la production pétrolière de son pays était remontée à 2,1 millions de barils par jour.

Le cartel est ressorti dimanche d'un week-end de négociations sans annonce concrète sur les modalités de la limitation de sa production.

L'Organisation a affirmé que l'accord serait prêt dès sa prochaine réunion, le 30 novembre à Vienne.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.