Huffpost Maroc mg

Les établissements et entreprises publics marocains investiront 107 milliards en 2017

Publication: Mis à jour:
SIGE OCP
DR
Imprimer

ÉCONOMIE - Si le ciel s'éclaircit pour les entreprises et les établissements publics marocains (EEP), puisqu'ils devraient enregistrer en 2016 une progression de leurs revenus, les investissement des EEP pour 2017 devraient atteindre les 107 milliards de dirhams, tandis que leur chiffre d’affaires prévisionnel devrait atteindre 235,737 milliards de dirhams, selon un rapport consacré aux EEP accompagnant le projet de loi de finances 2017. Tour d'horizon des investissements prévus l'année prochaine par les principales entreprises qui composent le portefeuille public marocain.

Office chérifien des phosphates (OCP)

L'Office chérifien des phosphates, qui a récemment lancé plusieurs projets en Afrique, accompagnant ainsi l'offensive diplomatique du Maroc dans le continent, prévoit un programme d’investissements d’un montant global de plus de 199 milliards de dirhams, déployé en plusieurs étapes. La première s'étend sur la période 2008-2017, et verra des investissements d'une valeur totale de 75 milliards, tandis que 47 milliards sont prévus pour la période 2017-2020, et 77 milliards pour 2020-2025.

Pour 2016, le budget d’investissement prévu est d'un montant de 17,333 milliards de dirhams. Au titre de 2017, le groupe dirigé par Mostafa Terrab estime qu'il investira à peu 17,3 milliards. Ces investissement porteront notamment sur la poursuite du programme industriel, notamment les composantes de renforcement des capacités de production minière et chimique.

À fin juin 2016, les réalisations du géant marocain des phosphates en termes de chiffre d’affaires ont atteint 26,45 milliards, soit une décote de 8% par rapport aux prévisions budgétaires.

En appui à sa stratégie de développement, "l’OCP a réussi une nouvelle politique de financement à travers les sorties satisfaisantes, en 2014 et 2015, sur le marché obligataire international, confirmant ainsi la confiance dans le titre OCP et une perception positive de son modèle économique et financier et partant, un positionnement confortable de l’OCP sur le marché financier international, offrant ainsi au groupe une visibilité sécurisée et une diversification avantageuse des sources de financement de son programme d’investissement", précise le rapport.

En parallèle, "l’OCP a défini une nouvelle stratégie de développement des écosystèmes visant l’émergence d’un tissu industriel autour du secteur des phosphates avec comme sous objectif corolaire une réduction des coûts livrés à l’OCP pour favoriser sa compétitivité. Les principales actions en cours portent sur des unités industrielles de fabrication de convoyeurs, des pièces de rechange et certains équipements ainsi que la création d’unités de maintenance du parc industriel du groupe", lit-on dans le rapport sur les EEP.

Autoroutes du Maroc (ADM)

Criblée de dettes, Autoroutes du Maroc prévoit, pour 2017, un chiffre d’affaires de 3,061 milliards de dirhams. Le montant des investissements prévus en 2017 s’élève à 1,237 milliards. Ceux-ci seront essentiellement destinés à la réalisation de l’autoroute Berrechid-Tit Mellil ainsi que le triplement de la voie Casablanca-Berrechid. "Un nouveau Contrat Programme Etat-ADM est en cours de préparation et devrait fixer un nouveau programme d’investissement autoroutier e retracer les projections du business plan, selon le rapport sur les établissements et entreprises publics", précise le rapport.

Au cours de l’exercice 2016, Autoroutes du Maroc (ADM) a poursuivi la réalisation de son programme autoroutier et a mis en service, entre juillet et août 2016, les sections El Jadida-Safi et le contournement de Rabat. A fin juin 2016, les investissements réalisés se sont élevés à 1,042 milliards de dirhams pour des prévisions de clôture 2016 de 2,760 milliards. Le chiffre d’affaires prévu à fin 2016 se situerait à 2,514 milliards, contre 2,420 milliards réalisés en 2015.

Office national des chemins de fer (ONCF)

Le chiffre d’affaires prévisionnel de l'Office dirigé par Rabie Lakhlie pour 2017 enregistrerait une augmentation de 3,6% par rapport à 2016, et devrait s’établir à 3,782 milliards de dirhams.

A fin juin 2016, l’Office a exécuté des investissement de près de 2,800 milliards de dirhams, avec des prévisions de clôture de 6 milliards pour cet exercice. Le nombre de voyageurs connaitrait à fin 2016, une augmentation de 2,5% par rapport à 2015 pour s’établir à 41,5 millions de voyageurs, selon les chiffres du rapport sur les EEP.

Le transport du fret serait en hausse de 7,9% pour atteindre 9,5 millions de tonnes en 2016 contre 8,8 millions de tonnes en 2015 et le transport des phosphates baissera de 13% pour atteindre 20 millions de tonnes en 2016 contre 23 millions de tonnes en 2015. "Ces évolutions impacteront négativement le chiffre d’affaires prévisionnel de 2016 qui connaitrait une baisse de l’ordre de 6% pour s’établir à 3,650 milliards de dirhams", lit-on dans le rapport sur les EEP.

Pour l’année 2017, le montant de l’investissement prévu est de l’ordre de 6 milliards et sera consacré, entre autres, au programme de mise à niveau du réseau ferroviaire, qui nécessitera 3,145 milliards, à la poursuite de la réalisation de la Ligne à grande vitesse (LGV), qui nécessitera un investissement de l'ordre de 1,840 milliards, ainsi qu'à d'autres programmes d’investissement en matériel roulant et en outillage, qui s'accapareront 1,015 milliards.

Un nouveau contrat programme entre l’Etat et l’Office est en cours d’initiation, "en vue d’arrêter les conditions et modalités pour le renforcement de la capacité du réseau existant, la poursuite du projet de Ligne de Grande Vitesse et la réalisation de nouvelles sections destinées à améliorer la connectivité entre les différents pôles économiques régionaux du pays et contribuer à la consolidation de l’offre logistique", lit-on dans le rapport sur les EEP.

Royal Air Maroc (RAM)

C'est le rapport sur les EEP qui le dit: pour l'année 2017, Royal Air Maroc devra "renforcer davantage son positionnement au niveau commercial en mettant le client au cœur de sa stratégie, à travers l’amélioration de la qualité des services et l’adoption d’une politique marketing et commerciale agressive. Le défi majeur de la compagnie sera la satisfaction du client, à travers des offres innovantes, une relation personnalisée et une fidélisation grâce à un service de qualité". Les investissements projetés en 2017 sont donc estimés à 1,427 milliards et concerneront principalement le renforcement de flotte.

Le trafic prévisionnel à fin 2016 s’établirait à 6,72 millions de passagers. Quant au chiffre d’affaires, il devrait s’établir à fin 2016 à 14,100 milliards de dirhams.

"Concernant son développement, la RAM a lancé, en 2016, une étude stratégique en vue d’intégrer les besoins émanant des différentes stratégies sectorielles du royaume (tourisme, industrie, régions…) et des espaces géographiques concernés pour coordonner le plan de développement élaboré par la compagnie pour la période 2016-2025 avec les exigences desdites stratégies, des opérateurs nationaux et des autorités", indique le rapport sur les EEP, qui précise que "cette étude servira de base pour l’ajustement du plan de développement de la compagnie ainsi que pour la conclusion du nouveau Contrat Programme Etat-RAM qui s’articulera, notamment, autour de l’élargissement de la flotte, du renforcement de la dimension africaine des activités de la compagnie, de l’ouverture de nouvelles lignes aériennes et de l’augmentation des parts de marché. Concernant l’activité cargo, la RAM a élaboré un plan de développement de cette activité pour capter, notamment, une partie des flux de fret entre l’Asie et l’Amérique et entre l’Afrique et le reste du monde. Le tonnage transporté s’établira à 14.973 tonnes en 2017 et 26.899 en 2018 contre 5.413 tonnes en 2016".

Office national de l'eau et de l'électricité (ONEE), branche électricité

En 2017, l'office dirigé par Ali Fassi Fihri devrait consacrer un budget évalué à 9,2 milliards de dirhams à l'investissement.

Au titre de 2016 et 2017, les prévisions des ventes s’établissent respectivement à 27,425 milliards et 28,905 milliards. Et "pour faire face à l’évolution de la demande en énergie électrique, l’ONEE-branche électricité a arrêté un plan d’équipement en moyens de production qui prévoit la réalisation d’une capacité additionnelle de 5.770 MW au cours de la période 2016-2020 dont, notamment, 1.706 MW en charbon avec l’extension de la centrale de Jerada et des deux unités de 693 MW de Safi,1.580 MW de puissance éolienne, 1.890 MW en énergie solaire et 88,5 MW en Fioul avec les groupes diesel de Laâyoune et Dakhla".

Le coût prévisionnel total de ce programme d’équipement est évalué à 100 milliards de dirhams, dont 24 milliards sur le budget de l’ONEE, et 85 milliards qui seront financés par des acteurs privés.

ONEE, branche eau

Si les prévisions en termes d’investissement en 2016 sont établies à 4,97 milliards, le budget d'investissement de 2017 est évalué à 4,9 milliards.

Le plan d’équipement de la branche eau au titre de la période 2016-2020, prévu pour 25,7 milliards, concerne les projets d’alimentation en eau potable urbaine (15,7 milliards), d’alimentation en eau potable rurale (4,6 milliards) et l’assainissement liquide (5,4 milliards). Le programme d’assainissement liquide vise la réalisation de 60 nouvelles stations d’épuration d’une capacité de plus de 170.000 m3 par jour et la pose d’environ 1.500 km de canalisations.

Groupe Al Omrane

À fin juin 2016, le groupe Al Omrane, bras de l'Etat dans l'immobilier, a pu réaliser des investissements qui s’élèvent à 2,43 milliards de dirhams, tandis que le plan d’action du groupe Al Omrane au titre de l’exercice 2016 prévoit des investissements de 6,1 milliards, dont 536 millions de dirhams pour le foncier, 303 millions pour les études et 4.87 milliards pour les travaux.

Le programme d’investissement prévisionnel pour l’année 2017 s’élève à 7 milliards et le chiffre d’affaires à 5,28 milliards.

Caisse de dépôt et de gestion (CDG)

Les réalisations de du premier investisseur institutionnel du Maroc à fin juin 2016 totalisent 4,133 milliards, consacrés essentiellement au développement urbain (3,238 milliards) et à la promotion immobilière (409 millions de dirhams). Les premières estimations pour l’investissement de la CDG au titre de 2017 sont de l’ordre de 18 milliards de dirhams, soit le même chiffre que celui des investissements prévus au titre du budget 2016 , qui s’élèvent à 18 milliards de dirhams dont 13,312 milliards au titre du développement urbain, 2,061 milliards au titre de la promotion immobilière et 14,24 milliards au titre du tourisme.

LIRE AUSSI: