Huffpost Tunisie mg

L'Algérie aux côtés de la Tunisie "contre toute tentative de porter atteinte à sa souveraineté"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'ambassadeur d'Algérie à Tunis Abdelkader Hadjar a déclaré mardi que l'Algérie qui a longtemps souffert du terrorisme, se place, aujourd’hui aux côtés de la Tunisie pour contrer toute tentative de porter atteinte à sa sécurité.

La coopération militaire et sécuritaire entre les deux pays, a-t-il affirmé est à son plus haut niveau.

S'exprimant au siège de l'ambassade à Tunis, à l'occasion du 62e anniversaire du déclenchement de la révolution de libération algérienne, le diplomate a encore affirmé que les relations entre les deux pays sont " exceptionnelles " et " distinguées ".

Abdelkader Hadjar a rappelé le démarrage en mars 2014, de l'application de l'accord préférentiel en mars 2014, appelant à l'activation de la décision de la grande commission mixte tenue durant la même année, relative aux hommes d'affaire tunisiens et algériens.

Lors d'une visite à Alger, le 10 octobre dernier, le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed avait discuté avec son homologue algérien Abdelmalek Sellal de l'évolution de la coopération bilatérale au niveau sécuritaire entre la Tunisie et l'Algérie, s’agissant notamment de la lutte contre le terrorisme et les groupes terroristes.

En 2015, les deux pays envisagerait, dans le cadre de leur collaboration contre le terrorisme, d'équiper leurs frontières de systèmes de surveillance électronique pour bloquer les infiltrations des terroristes, selon l'agence turque Anadolu, qui cite des sources sécuritaires algériennes.

Un comité militaire aurait été formé pour mettre en exécution ce plan, selon cette même source. Cette dernière aurait aussi révélé que l'étude technique de ce projet durerait plusieurs mois.

Ces systèmes, qui seraient installés tout au long des 965 kilomètres de frontières, comporteront aussi des stations de contrôle et des clôtures électroniques.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.