Huffpost Algeria mg

Manal Omar, auteure américaine d'origine palestinienne, présente "Pieds nus à Bagdad"

Publication: Mis à jour:
MANAL OMAR
Ahmed Sahara
Imprimer

Manal Omar, auteure américaine d’origine palestinienne a présenté ce mardi 1er novembre son livre «Pieds nus à Bagdad» au stand de l’ambassade des Etats-Unis au salon international du livre d’Alger (SILA).

Née en Arabie Saoudites de parents palestiniens, Manal Omar a grandi dans plusieurs villes américaines notamment en Caroline et Virginie. Adulte, elle avait entamé une carrière de journalisme pour ensuite travailler pendant trois ans à la Banque Mondiale.

LIRE AUSSI:

Aujourd’hui, Manal Omar est vice-présidente du Centre pour le Moyen-Orient et l'Afrique de l'Institut pour la paix des États-Unis. Elle se consacre à des missions humanitaires à travers le monde et principalement à Bagdad où elle a vécu pendant deux ans, de 2003 à 2005.

De ces deux années passées en Irak est né « Pieds nus à Bagdad », dit-elle. Et d’emblée, elle confie que son livre ne raconte pas la guerre en Irak mais l’histoire de ces « hommes et femmes qui se construisent à l’ombre de la guerre ».

«Mon livre ne vous donnera pas des chiffres sur le nombre de morts, il ne vous racontera pas non plus le chaos de la guerre mais vous donnera plutôt une image vivante d’un peuple déterminé à se relever, se reconstruire et réaffirmer son identité», souligne Manal Omar.

«Pieds nus à Bagdad » est inspiré de son expérience personnelle dans ce pays en conflit, et ce qu’elle a retenu de cette Irak qu’elle dit admirer. «Je voulais que le monde sache que la vie continue en Irak. En racontant par exemple la tradition des mariages Irakiens ou encore que Felloujah était célèbre pour son succulent kebab, le lecteur allait cesser de voir l’Irak sous le prisme de la guerre», confie Manal Omar.

«Pieds nus à Bagdad» c’est aussi l’histoire de Manal Omar. Elle relate son combat pour comprendre son identité. Cette identité qu’elle qualifie de «complexe » car c’est une femme, arabe, palestinienne, américaine, musulmane portant le voile. Cette diversité qu’elle a eue du mal à interpréter étant enfant, a fait d’elle une citoyenne du monde étant adulte.

Un livre, un défi

La livre «Pieds nus à Bagdad » dont le titre est inspiré d’un proverbe Irakien «امشي حافية و سوف يأديك الشوك » (marche pieds-nus et les épines vont te blesser), a connu bien des péripéties avant d’être publié.

Manal Omar raconte que son premier éditeur à qui elle a confié son livre s’est permis des modifications dans son récit jusqu'à dénaturer l’histoire. « Lorsque l’on m’a redonné le texte, je n’ai pas reconnu mon histoire. Pire encore, le message transmis allait à l’encontre de toutes mes convictions et l’image que je me faisais de la femme arabe ».

Elle explique que cet éditeur avait présenté la femme arabe comme une victime incapable de se prendre en charge, alors que «Pieds nus à Bagdad», témoigne du courage et de la persévérance de femmes que même la guerre ne décourage pas.
Manal Omar décide donc de changer d’éditeur.

«Il s’agissait d’une éditrice qui a été plus à l’écoute, seulement au moment de choisir la photo de couverture, il lui semblais plus approprié d’illustrer le livre avec une photo d’une femme qui pleure. Il a donc fallu que j’explique une fois de plus que je réfutais formellement cette image réductrice qu’on attribue à la femme arabe», se souvient-elle.

« Publier le livre tel qu’il est a été le plus grand défi de cette aventure littéraire », estime Manal Omar.

Questionnée sur ses origines palestiniennes et les activités au sein de «l’institut pour la paix des États-Unis» en direction de la Palestine, elle a dit que ce pays, au même titre que d’autres, est inclus dans le programme des activités de l’institut.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.