Huffpost Algeria mg

Le film historique ''Krim Belkacem '' projeté à El Tarf

Publication: Mis à jour:
KRIM BELKACEM
Capture ecarn
Imprimer

Le réalisateur algérien Ahmed Rachedi a choisi de dévoiler son film Krim Belkacem en ce 62 anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale à El Tarf.

Retraçant la vie et le parcours héroïque de Krim Belkacem, une des figures emblématiques de la Guerre de libération nationale, né le 15 décembre 1922 en Kabylie, ce film historique a été projeté lundi soir, en présence des autorités locales, civiles et militaires ainsi que de nombreux citoyens, moudjahidine et enfants de chouhada de la région, rapporte l'Agence de presse algérienne (APS).

Programmé à la veille de cet important événement historique à la demande de l'organisation des moudjahidine de la wilaya d'El Tarf, ce film cinématographique a plongé, près de trois heures durant l'assistance dans un climat empli de souvenirs et d'émotion qui s'est prolongé jusqu'à minuit par un recueillement au cimetière des martyrs du chef lieu de wilaya.

Produit par le ministère des Moudjahidine dans le cadre du programme célébrant le cinquantième anniversaire de l'indépendance, ce film historique compte parmi les plus importantes contributions cinématographiques proposées,
en guise de reconnaissance, pour perpétuer le souvenir de ceux qui se sont sacrifiés pour le recouvrement de l'indépendance, a déclaré, à ce propos, le directeur des moudjahidine d'El Tarf, M. Souissi Mohamed Esseghir.

L'accent a été, à cette occasion, mis sur l'importance de la série d’œuvres cinématographiques réalisée pour permettre aux générations futures de s'imprégner du militantisme de leurs aînés et pour que nul n'oublie les sacrifices consentis
pour le recouvrement de l'indépendance.

Le film de Krim Belkacem s'ouvre sur le jeune Krim Belkacem,au lendemain de la seconde guerre mondiale, âgé alors de 23 ans qui décida de quitter la caserne de Dellys en octobre 1945, révolté par les massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma, Kherrata et dans plusieurs autres localités du pays.

Quoique sceptique quant à l'éventualité d'une solution politique il se rapproche du Parti du peuple algérien, (PPA) clandestin. Son histoire va se confondre avec celle de la cause nationale.

Militant actif, Krim Belkacem, interprété par Sami Allam est poursuivi en 1947 pour atteinte à la souveraineté de l'Etat et rejoint le maquis avant d'être condamné à mort pour une embuscade contre le caïd, son propre cousin.

En 1954, il rompt avec les Messalistes, rejoint le groupe des six (Boudiaf, Ben Boulaid, Didouche, Bitat, Ben M'hidi, chefs) du FLN et prend la tête de la zone de la Kabylie au déclenchement de la guerre de libération le 1er novembre de la même année.

Le film relate également le déroulement de l'opération "Oiseau bleu", une tentative de créer un contre-maquis clandestin composé d'Algériens de la région, armés et financés par l'armée coloniale déjouée par Krim Belkacem et Amor Ouamrane.

Autour de Abane Ramdane, joué par Mustapha Laribi, la fiction relate l'organisation et la tenue du Congrès de la Soummam, événement majeur ayant permis la structuration de la révolution par la création du Cnra (Conseil national de la révolution) et du Cce (Comité de coordination et d'exécution).

Plus brièvement, le film revient sur le rôle de Krim Belkacem dans la Zone autonome d'Alger avant de s'intéresser au "conflit" opposant Krim Belkacem, Lakhdar Bentobal et Abdelhafidh Boussouf (les trois B) à Abane Ramdane avant sa disparition en 1957.

La fiction montre aussi le rôle de Krim Belkacem dans le Gouvernement provisoire de la république algérienne (Gpra), où il occupait la fonction de ministre de la défense, et aux négociations d'Evian.

Les critiques ont, cependant, reproché au réalisateur dès la première projection d'avoir éludé superbement la fin tragique du militant. Reproche auquel il a répondu par " ce n'était pas mon propos" avant d'ajouter que l'écriture de l'histoire n'incombait pas à un réalisateur et qu'il laissait ce soin aux historiens.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.