Huffpost Algeria mg

La Russie rend public un "Livre blanc" sur les crimes de guerre en Syrie

Publication: Mis à jour:
SYRIA
ALEPPO, SYRIA - OCTOBER 31: Smoke rises after Syrian oppositions attack Assad Regime controlled Military academy during an operation to break the siege of the regime forces in the city center in Aleppo, Syria on October on October 31, 2016. (Photo by Mahmoud Faisal/Anadolu Agency/Getty Images) | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

Au moment où l'ONU dénonce de possibles crimes de guerre commis par "les rebelles" à Alep-Ouest, la Russie a publié un rapport, intitulé "Livre blanc sur la Syrie" dénonçant "les crimes de guerre perpétrés en Syrie par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et par la soi-disant Opposition modérée", rapporte ce 1er novembre l'agence Sputnik.

Face à une importante pression de la part de ses collègues du Conseil de sécurité de l'Onu, la Russie a présenté ce Livre blanc, le vendredi 28 octobre, au nom du président du Conseil de sécurité de l'Onu, ajoute Sputnik, citant
une source au sein de l'organisation internationale.

Le document, traduit en anglais, a été élaboré essentiellement par les ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères, épaulés par des experts de l'Institut d'études orientales de l'académie des sciences de Russie.

Le compte rendu comporte en outre "des données statistiques sur le déroulement de l'opération militaire russe en Syrie et sur ses livraisons d'aide humanitaire à destination des Syriens, notamment des habitants d'Alep", poursuit la même
source. Les ministères ont également "mis au jour les données exactes concernant le nombre de localités libérées, de terroristes éliminés et de réfugiés ayant regagné leur domicile".

Toutes les preuves présentées dans le rapport sont accompagnées de cartes de tous les endroits ayant fait l'objet de frappes de la coalition internationale.

Le rapport revient sur le problème de "l'opposition modérée", qui n'a jamais été réglé par les Etats-Unis et leurs alliés, selon Sputnik. "Les crimes commis par des groupes et groupuscules terroristes qui font partie des "modérés",
ajoute l'agence russe, ont été mis à part dans le rapport transmis à l'Onu" dont certains "seraient soutenus, d'après Moscou, par les Etats-Unis et la France".

C'est dans ce même ordre d'idées, que s'inscrivent les accusations onusiennes contre ces mêmes "modérés". Les frappes de l'opposition sur Alep-Ouest samedi et dimanche pourraient constituer des "crimes de guerre", a indiqué l'ONU mardi à Genève faisiant état d'un bilan de plus de 30 civils dont 10 enfants.

Des dizaines d'autres personnes ont été blessées. L'utilisation de missiles depuis le sol pour cibler les civils est "inacceptable", a insisté devant la presse une porte-parole du Haut Commissariat aux droits de l'homme.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.