Huffpost Maroc mg

Un site français d'extrême droite instrumentalise l'affaire Saad Lamjarred

Publication: Mis à jour:
SAAD LAMJARRED
Une site français d'extrême droite instrumentalise l'affaire Saad Lamjarred | Saad Lamjarred/Facebook
Imprimer

MÉDIAS - Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que l'affaire Saad Lamjarred soit récupérée par la presse française d'extrême droite.

Le site Boulevard Voltaire, lancé par le maire de Bézier Robert Ménard, proche du Front national, a profité de cette affaire pour dénoncer le "silence de nos féministes", faisant un lien improbable entre l'arrestation du chanteur, la ministre de l'Education Najat Vallaud Belkacem qui est d'origine marocaine, et "l'augmentation des crimes sexuels en France".

L'auteur de l'article dénonce le fait que les féministes n'aient pas condamné Saad Lamjared. "Najat Vallaud-Belkacem, Caroline Fourest, Clémentine Autain auraient-elles perdu leur langue, elles toujours si promptes à défendre le droit des femmes pour bien moins grave qu’une accusation de viol ?", écrit Boulevard Voltaire.

"En voilà une occasion ratée de la part de Najat de ne pas parler des 6 millions de femmes entre 18 et 64 ans – sur 9 millions – violentées dans son pays, dont 23 % sexuellement, ni de leur étrange et spectaculaire augmentation depuis 2012", ajoute l'auteur, qui évoque également les propos prêtés à l'avocat de Saad Lamjared sur "une machination algérienne". Propos démentis vendredi 28 octobre par ce dernier dans les colonnes du HuffPost Maroc

Lancé en octobre 2012, Boulevard Voltaire se présente comme un "média anti-système". En octobre 2014, il avait a été condamné pour provocation à la haine envers les musulmans.

LIRE AUSSI: Saad Lamjarred incarcéré à Fleury-Mérogis, plus grande prison d'Europe