Huffpost Maroc mg

Week-end décisif pour la constitution d'un nouveau gouvernement

Publication: Mis à jour:
ABDELILAH BENKIRANE
In this photo provided by the Royal Palace, Moroccan King Mohammed VI, right, chats with Moroccan head of the country's government Abdelilah Benkirane in Casablanca, Morocco, Monday, Oct. 10, 2016. Morocco's King Mohammed VI named leader of the Islamist Justice and Development Party, known as the PJD, Abdelilah Benkirane as prime minister for a second term after his party wining the most seats in last week's election. (AP Photo/Moroccan Royal Palace) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

GOUVERNEMENT - Week-end décisif en perspective. Si jusqu'à présent, seuls le PPS et l'Istiqlal ont officialisé leur volonté de participer au prochain gouvernement, le RNI et le MP prendront une position définitive sur le sujet demain, et pourront pousser l'USFP, jusqu'à présent indécis, à se décider lui aussi.

Le Mouvement populaire (MP) tiendra son Conseil national demain. Si le bureau politique du parti de l'épi a déjà décidé de négocier une participation au prochain gouvernement, les dirigeants de la formation politique préfèrent maintenir le suspense, pour donner une coloration consensuelle à leur décision.

"C'est notre Conseil national qui prendra la décision définitive. Le sujet sera discuté, débattu, puis décision sera prise. Je ne peux pas prédire quoi que ce soit à ce sujet, puisque rien n'est sûr", affirme au HuffPost Maroc Mohamed Moubdie, membre du bureau politique du parti.

Du côté du Rassemblement national des indépendants (RNI), il est attendu que Aziz Akhannouch soit porté président du parti lors du congrès extraordinaire qui se tiendra samedi 29 octobre à Bouznika. Si la participation, ou pas, du parti au prochain gouvernement devrait être décidée par le Conseil national, celui-ci peut déléguer au président du RNI la responsabilité de conduire les négociations au nom du parti. Cette option semble faire consensus au sein du parti, puisqu'elle permettra de démarrer au plus tôt les tractations avec le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane.

Le Parti du progrès et du socialisme (PPS), lui, réunira son comité central dimanche, pour entériner sa prise de position quant à la participation au prochain gouvernement, selon le secrétaire général du parti Nabil Benabdellah, contacté par le HuffPost Maroc.

S'il donne des signaux positifs au PJD, et s'est dit prêt à "faciliter la tâche du chef du gouvernement", l'Union socialiste des forces populaires (USFP) n'a, pour l'instant, pas fixé de date pour trancher quant à sa participation (ou pas) au prochain gouvernement. La tenue du congrès extraordinaire du RNI et du Conseil national du MP pourrait hâter le parti de la rose à prendre une décision, et à solidifier sa prise de position quant à sa participation au gouvernement.

Pas de gouvernement avant fin novembre?

L'issue du congrès extraordinaire du RNI et, dans une moindre mesure, celle du Conseil national du MP, permettront d'avoir plus de visibilité sur la question des alliances potentielles. La situation étant actuellement en stand-by, il est fort probable qu'un nouveau round de rencontres avec les partis politiques soit initié la semaine prochaine par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane.

La question qui est sur toutes les lèvres, c'est quand le prochain gouvernement sera-t-il formé? Contacté par le HuffPost Maroc, un dirigeant de la majorité estime que "c'est encore très loin. Il ne faut pas s'attendre à quelque chose avant fin novembre".

De son côté, un membre du bureau politique d'un parti de l'opposition considère qu'"il y a de fortes chances que le prochain gouvernement voit le jour après la COP22".

D'ici là, c'est l'actuel gouvernement qui se chargera de l'expédition des affaires courantes. L'article 37 de la loi organique relative à la conduite des travaux du gouvernement définit par expédition des affaires courantes "l'adoption des décrets, des arrêtés et des décisions administratives nécessaires et des mesures d'urgence requises pour garantir la continuité des services de l'Etat et de ses institutions ainsi que le fonctionnement régulier des services publics".

LIRE AUSSI: Les principales leçons du scrutin du 7 octobre