Huffpost Maroc mg

Le témoignage poignant de Nadia Murad, femme yézidie et co-lauréate du prix Sakharov 2016

Publication: Mis à jour:
Imprimer

INTERNATIONAL - C'est un témoignage que beaucoup ont voulu entendre malgré la violence qu'il expose. Nadia Murad et Lamiya Aji Bachar ont été enlevées par Daech et mise en esclavage. Après avoir fui l'état islamique, elles ont raconté leur histoire pour dénoncer ce que subissent les Yézidis.

Dans l'hémicycle de l'ONU, sur des plateaux de télévision et dans les journaux, Nadia Murad a raconté ce qu'elle a vu et vécu alors qu'elle était captive et réduite à l'état d'esclave sexuelle par le groupe terroriste. Elle se sert désormais de son histoire pour que la communauté Yézidie ne soit pas oubliée. La force de son témoignage a permis de lever le voile sur la terreur que fait régner Daech en Irak, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

Les Yézidis, une minorité kurdophone adepte d'une religion pré-islamique en partie issue du zoroastrisme, ne sont ni arabes ni musulmans, et l'EI (État islamique) les considère comme des hérétiques polythéistes. Cette minorité a été particulièrement visée par les exactions de l'EI, notamment en août 2014 aux alentours du mont Sinjar, fief des Yézidis.

Devant l'avancée de l'EI, des dizaines de milliers de Yézidis s'étaient réfugiés au sommet du Mont Sinjar, y restant pendant longtemps sans eau, ni nourriture. Des milliers d'hommes furent massacrés, les femmes enlevées, certaines réduites en esclavage par les jihadistes. L'assaut fut décrit par l'ONU comme "une tentative de génocide".

Selon des experts de l'ONU, environ 3200 Yézidis sont actuellement entre les mains de l'EI, la majorité en Syrie. Les filles deviennent des esclaves sexuelles, les garçons sont endoctrinés et envoyés au combat.

LIRE AUSSI:: En Syrie, les affrontements reprennent à Alep après une trêve "humanitaire" infructueuse