Huffpost Tunisie mg

Si des élections avaient lieu demain, Béji Caid Essebsi et Moncef Marzouki seraient au deuxième tour, Nidaa et Ennahdha remporteraient les législatives

Publication: Mis à jour:
CAID ESSEBSI
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

POLITIQUE - Le cabinet Emrhod Consulting, a rendu public son baromètre politique du mois d'octobre 2016, son dernier sondage réalisé entre le 20 au 22 Octobre 2016.

Le président de la République continue lentement sa chute dans les sondages

Dans ce sondage du mois d'octobre 2016, le président de la République a perdu 1,8% de points de satisfaction par rapport au dernier sondage publié au mois de septembre. En effet, ils étaient 43,7% des sondés à être satisfaits par le travail du président de la République, alors qu'ils ne sont plus que 41,9% en octobre 2016.

Sur les 6 derniers mois, Béji Caid Essbesi a perdu près de 10 points dans les sondages passant de 51,3% de satisfaction en avril 2016 à 41,9% en octobre 2016.

Quant au chef du gouvernement Youssef Chahed, l'abstention l'emporte. En effet, près de 3 mois après sa nomination à la tête du gouvernement, 39,8% des sondés n'ont pas souhaité s'exprimer sur son travail. Cependant, ils restent 35,1% à être satisfaits du travail du chef du gouvernement alors que 25,1% seulement ne sont pas satisfaits.

Si les élections présidentielles avaient lieu demain, Béji Caid Essebsi et Moncef Marzouki seraient au second tour

A la question "si les élections présidentielles seraient pour demain, pour qui voteriez-vous?", Béji Caid Essebsi a vu son avance du mois de septembre 2016 baisser de 10 points. Alors qu'il était largement en tête avec 28,9% d'intentions de votes, il reste premier avec seulement 19,2%.

Juste derrière lui, Moncef Marzouki reste à la deuxième place, tout en perdant également 4,1 points par rapport à septembre 2016. Ainsi 12,2% des sondés voteraient pour lui si les élections avaient lieu demain.

Le leader du Front populaire Hamma Hammami rétrograde, lui, en 4eme place avec 10,6% d'intentions de votes, cédant sa troisième place au ministre de l'Éducation Néji Jalloul qui obtient 11% d'intentions de votes.

Derrière, tous affichent des intentions de votes à moins de 10% à l'instar de Mohsen Marzouk (8,8%), de Rached Ghannouchi (7,7%), Mehdi Jomaa (5,8%), Mohamed Abbou (4,8%) et enfin Safi Said (4,6%).

Il est à noter que les réponses des sondés sont "en instantané", c'est à dire, qu'aucune liste n'a été proposée aux sondés.

Samia Abbou, la plus apte à être présidente de la République

Selon ce sondage, 51,7% des personnes interrogées estiment qu'une femme est en mesure d'occuper le poste de président de la République contre 47,1% qui pensent le contraire.

S'ils devaient citer un nom d'une femme qui semble apte à occuper ce poste, 71,3% des sondés ne se sont pas prononcés. Parmi ceux qui ont cité des noms, Samia Abbou semble être la plus apte selon les sondés arrivant en tête avec 14,9% suivie de Maya Jeribi (3,1%), de Abir Moussi présidente du mouvement destourien (2,7%), et de Maherzia Laabidi (2,4%).

La présidente du patronat Wided Bouchamaoui n'obtient que 2,2% des sondages.

Nidaa Tounes et Ennahdha continuent leur duo

Parmi les partis politiques, Nidaa Tounes et Ennahdha arrivent largement en tête des intentions de votes si des élections devaient se produire le lendemain.

Le parti au palmier, fondé par Béji Caid Essebsi, arriverait premier avec 28,4% des intentions de votes talonné par Ennahdha avec 23,6%. Les deux partis gagnant respectivement 1,8 point et 2,2 points par rapport au mois de septembre.

Derrière, le Front populaire obtiendrai 11,7% des voix suivi de "Machrou' Tounes" avec 7,8% et du mouvement Tunisie Volonté avec 7,5% des voix.

La menace terroriste de moins en moins élevée pour une majorité de Tunisiens

La perception de la menace terroriste semble s'estomper de plus en plus en Tunisie.

Ainsi, selon Emrhod Consulting, seulement 19,5% des sondés trouvent la menace terroriste très élevée ou élevée, alors que ce chiffre grimpait à 46,6% lors du dernier baromètre.

Il s'agit du taux le plus bas depuis avril 2013.

Léger mieux en matière économique, statut quo en matière de liberté d'expression

34% des Tunisiens estiment que la situation économique du pays s'améliore alors que ce chiffre était de 31,1% au mois de septembre. Cependant, 46,6% des sondés estiment que la situation économique se dégrade, soit une hausse de 2,4%.

Concernant la liberté d'expression, 46,1% trouvent que la liberté d'expression est menacée, soit une baisse de 0,5% par rapport au mois de septembre 2016.

Les Tunisiens pas pessimistes quant à l'avenir, mais moins optimistes

À la question "Etes-vous plutôt optimiste ou pessimiste pour les prochains jours?", 65,80% des Tunisiens s'estiment optimistes. Il s'agit du pourcentage le plus faible depuis avril 2013, connaissant même une baisse de 15,4 points depuis avril 2016/

Par ailleurs, 26,2% des personnes interrogées se disent pessimistes quant aux prochains jours.

Cette enquête a été réalisée entre le 20 et le 22 octobre 2016 auprès d’un échantillon représentatif de la population tunisienne en âge de voter (18 ans et plus). 1078 personnes ont été interrogées, par téléphone dans les 24 gouvernorats (zones urbaines et rurales).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.