Huffpost Algeria mg

Polémique sur la participation de Yasmina Khadra au SILA 2016

Publication: Mis à jour:
YASMINA KHADRA
Algerian writer Yasmina Khadra poses in Paris on June 29, 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET (Photo credit should read JOEL SAGET/AFP/Getty Images) | JOEL SAGET via Getty Images
Imprimer

À la veille de l’ouverture de la 21ème édition du salon international du livre d’Alger, l’auteur Yasmina Khadra, a annoncé via sa page Facebook qu’il n’allait pas prendre part au salon du livre d’Alger.

Il s’excuse de cette absence auprès de ses lecteurs en soulignant que les organisateurs "n’ont pas jugé utile de l’inviter".

Cette publication qui date du 24 octobre a fait réagir nombreux de ses lecteurs sur sa page. Yasmina Khadra de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, explique à ses lecteurs qu’il ne s’agissait ni d’un "caprice" ou d’un "engagement ailleurs" et maintient que cette année encore il n’a pas été invité par les organisateurs.

Contacté par le Huffington Post Algérie, le commissaire du salon international du livre d’Alger Hamidou Messaoudi, donne son explication à ce malheureux malentendu entre le comité d’organisation du SILA et l’auteur Yasmina Khadra.

"En effet cette année Yasmina Khadra ne sera pas parmi nous au salon, et c’est vrai nous ne l’avons pas invité pour la simple raison que cette nouvelle édition est consacrée à la 3ème génération d’auteurs algériens. Nous avons décidé de donner l’opportunité aux jeunes écrivains et poètes Algériens, dont la plupart n’ont jamais participé au salon du livre d’Alger", précise encore Hamidou Messaoudi.

programme sila2016

Concernant les accusations portées par l’auteur à l’égard des organisateurs, qui dit-ils "n’ont pas jugé utile de l’inviter cette année encore", Hamidou Messaoudi, rétorque : "l’année précédente, Yasmina Khadra a bel et bien été convié à participer au salon international du livre d’Alger, seulement il s’est excusé car il avait des engagements ailleurs ".

M. Messaoudi ajoute pour clore le sujet "Yasmina Khadra est un ami, s’il n’est pas avec nous cette année il le sera l’année prochaine".

Pour rappel, le dernier roman de Yasmina Khadra intitulé "Dieu n’habite pas la Havane" est sorti en Algérie au mois d'août aux éditions Casbah. Il s’agit d’une fiction, inspiré d’un voyage à Cuba.

Un nouveau livre qui n’a pas plu à tous. La critique du journal français "Le Monde" Ecrite par l’écrivain et chroniqueur Eric Chevillard, qualifie ce nouveau-né de l’auteur d'un “texte d’une nullité si parfaite que nous y ferons pourtant l’expérience de l’absolu. Tissu de lieux communs et d’inventions malencontreuses, il illustre avec exhaustivité toutes les façons d’échouer qui s’offrent à un écrivain. ".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.