Huffpost Maroc mg

Expulsé, un lycéen s'immole par le feu dans le bureau de son directeur à Rabat

Publication: Mis à jour:
IMMOLATION FIRE
STRINGER Chile / Reuters
Imprimer

DRAME - Un nouveau cas d'immolation par le feu est survenu lundi 24 octobre à Rabat. Un jeune homme de 22 ans, expulsé des études à la deuxième année du baccalauréat en juillet 2016, s'est aspergé de produit inflammable avant de se mettre le feu dans le bureau du directeur du lycée Abdellah Guennoun, a indiqué la wilaya de Rabat.

Le jeune homme, accompagné de sa mère, n’a pas été convaincu des explications fournies par le directeur et le proviseur de l’établissement scolaire, explique la wilaya, qui cite l'arrêté du ministère de l’Education nationale n°2-071-01 du 23 novembre 2001, relatif au système scolaire de l’enseignement préscolaire, primaire et secondaire.

Malgré les promesses d’une intervention auprès du conseil de classe, comme le prévoit l’article 26 de cet arrêté afin de régler son problème, le jeune homme est entré dans un état d'hystérie et a commencé à proférer des menaces contre l'administration, ajoute la même source.

Il a ensuite sorti une bouteille remplie de liquide inflammable dissimulée sous ses vêtements et l’a versé sur lui-même avant de s’immoler par le feu, malgré l’intervention immédiate du gardien de l’établissement. Ce dernier a été lui aussi victime de brûlures de premier degré dans différentes parties de son corps, précise le communiqué.

Le jeune homme et le gardien ont été évacués d’urgence à l’hôpital Ibn Sina pour y recevoir les soins nécessaires, explique la wilaya, ajoutant que l'élève, vu la gravité de ses brûlures de troisième degré, a été transféré au Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd de Casablanca.

Les cas d'immolation par le feu se multiplient ces dernières années au Maroc. Au mois d'avril, le cas d'une marchande ambulante de Kénitra, humiliée par un caïd qui lui aurait confisqué sa marchandise à plusieurs reprises, avait profondément choqué l'opinion publique. En juin dernier, un imam avait tenté de mettre fin à ses jours de cette manière dans la région de Sidi Kacem, pour avoir été démis de ses fonctions.

Selon le psychiatre et psychanalyste Jalil Bennani, l'immolation par le feu diffère des autres formes de suicide dans le sens où c'est un acte surtout "adressé à l'autre", indiquait-il au HuffPost Maroc. "Pour moi l'immolation par le feu est aussi bien un acte privé, personnel, individuel et subjectif, qu'un acte public. Il faut d'ailleurs noter que cela survient la plupart du temps à l'extérieur, dans des lieux publics, devant des bâtiments administratifs".

LIRE AUSSI: