Huffpost Maroc mg

A Casablanca, l'industrie ferroviaire se met sur les rails

Publication: Mis à jour:
TGV MAROC
A Casablanca, l'industrie ferroviaire se met sur les rails | dr
Imprimer

MADE IN MOROCCO - Près d'une centaine d’entreprises marocaines et étrangères ainsi que de nombreux donneurs d’ordre sont réunis, à partir de ce mardi 25 octobre à Casablanca, pour prendre part au premier sommet consacré à l'industrie ferroviaire au Maroc.

Le "Rail Industry Summit", qui se poursuit jusqu'au 27 octobre au Hyatt Regency, est une initiative du centre de promotion Maroc Export, qui l'organise en partenariat avec le Groupement des industries ferroviaires (GIFER), créé le 10 février dernier pour "fédérer et représenter la filière ferroviaire au Maroc".

L'ouverture de l'événement devait initialement être faite par le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. Toutefois, en raison "des contraintes liées à l'agenda", le ministre n'a pas pu venir. C'est Latifa Echihabi, secrétaire générale du ministère qui est venue le représenter.

"Terre d'accueil des investissements"

"Les atouts du Maroc en tant que terre d'accueil des investissements ne sont plus à démontrer. Le royaume a pu se forger au fil des années l'image de partenaire fiable, sérieux et crédible, en témoignent les nombreux projets d'envergure qui s'y sont lancés", a déclaré d'entrée de jeu Latifa Echihabi, devant une salle archi-comble.

"Le Maroc offre une infrastructure aux standards internationaux, des ressources humaines de qualité, de l'aveu de grands investisseurs qui s'installent au Maroc et des conditions de production à des coûts attractifs", a poursuivi la responsable ministérielle, avant de détailler les "nombreux facteurs favorables" dont "jouit le royaume". Parmi eux: "la stabilité politique sociale et économique, la position géographique stratégique, le choix d'une économie libérale et une ouverture sur le monde avec des accords de libre-échange qui couvrent plus de 56% des pays".

Pour un écosystème ferroviaire

L'appel du canadien Bombardier Transport, leader mondial des technologies ferroviaires, qui a annoncé, jeudi dernier à Casablanca, sa volonté de mettre en place un cluster industriel ferroviaire au Maroc, visant à servir le marché marocain et renforcer l’export vers l’Afrique, a été entendu par les autorités marocaines.

"Je lance à partir de cette tribune l'invitation au GIFER pour accélérer la mise en place de l'écosystème ferroviaire à l'instar des autres écosystèmes déjà opérationnels. Le ministère se tient à votre disposition pour réussir l'émergence d'une filière industrielle ferroviaire, qu'on puisse envisager une signature de cet écosystème dans les meilleurs délais et dans un futur que nous souhaitons très proche", a fait savoir Latifa Echihabi.

Après une présentation par l'ONCF, des projets ferroviaires en cours au Maroc, une session de témoignages s'est tenue avec la participation de plusieurs représentants du secteur, dont Alstom Maroc et le GIFER.

Des rencontres B to B, des ateliers thématiques et des visites de sites sont également au programme du sommet. La journée de mercredi 26 octobre sera consacrée à Alstom.

Rail Industry Summit se veut une "véritable plate-forme de mise en relation" qui s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’industrie ferroviaire dans plusieurs domaines d’activités, notamment dans les infrastructures (exploitation ferroviaire, signalisation, maintenance).

LIRE AUSSI: