Huffpost Maroc mg

Enactus va former 4.000 jeunes dans le Maghreb à l'entrepreneuriat

Publication: Mis à jour:
ENACTUSMOROCCONATIONALCHAMPIONSMOHAMMADIASCHOOLOFE
Enactus
Imprimer

START-UP - C’est un projet d’envergure que vient de lancer Enactus avec la Citi Foundation, lundi 24 octobre à Casablanca. L’organisation internationale qui veut "inciter les étudiants à améliorer le monde à travers l’entrepreneuriat” se fixe comme objectif de former 4.000 jeunes du Maroc et du Maghreb.

Le projet, nommé “Impact@Work”, visera des étudiants universitaires et issus d’écoles supérieures de la région, âgés de 18 à 25 ans, afin de les accompagner pour laisser de côté le salariat afin de lancer leurs propres entreprises. "La formation sera dispensée dans une vingtaine d’universités et d’écoles supérieures de la région et sera composée de deux cycles de neuf mois”, explique au HuffPost Maroc Adnane Addioui, directeur exécutif d’Enactus Maroc. Au Maroc, la priorité sera accordée aux villes de l’Oriental, comme Al Hoceima, Taza, Nador et Oujda.

"Autonomiser les étudiants"

"Impact@Work", qui souhaite fournir "des outils d’autonomisation au profit de ces étudiants", selon Walter Siouffi, le président et directeur général de Citibank Maghreb, partenaire de cette initiative, délivrera une formation similaire à celles lancées par Enactus sur le territoire national. "Nous comptons dispenser un accompagnement sur le terrain afin de motiver les jeunes ciblés à monter leur projet et à s’assurer une présence sur le marché. Il y aura également des compétitions et formations continues à l’adresse de ces jeunes".

Bonne nouvelle, ce cycle para-universitaire, qui comprend des programmes de formations, d’encadrement et d’accompagnement, se fera dans les écoles dans lesquelles les étudiants sont inscrits, ce qui devrait faciliter leur adhésion à ce cursus parallèle. "Nous aurons recours à des spécialistes sur les différentes questions relatives à l’entrepreneuriat", souligne Adnane Addioui, qui précise que "les jeunes entrepreneurs formés obtiendront des financements pour le lancement de leurs projets ainsi que la création de leurs premiers prototypes”.

"Créer le changement"

Ce projet “permettra ainsi à de jeunes entrepreneurs de transformer leurs projets en start-up à fort impact”, ambitionne Majid Kaissar El Ghaib, président du conseil d’administration d’Enactus Maroc. Le directeur exécutif, lui, espère "accélérer l’écosystème entrepreneurial de la région, afin que les étudiants n’aient pas le salariat comme seule option après leur cursus". Car selon le spécialiste, "les écosystèmes d’entrepreneuriat au Maroc et en Tunisie sont aujourd’hui plus élargis. En Algérie, l’entrepreneuriat connaît progressivement une croissance sur la scène économique". Mais rien n’est gagné pour Adnane Addioui, qui souligne la nécessité de "mettre en place beaucoup plus de ressources et d’impliquer plus d’acteurs économiques", afin de démocratiser l’entrepreneuriat.

Trois cérémonies auront bientôt lieu dans les trois pays concernés afin de lancer officiellement "Impact@Work". Après l’année de mentoring assurée aux étudiants-entrepreneurs, un événement global aura lieu afin de rassembler les meilleurs projets élaborés dans la région suite à ces 18 mois d’accompagnement.

LIRE AUSSI: