Huffpost Tunisie mg

Des produits cancérogènes dans les couches Pampers

Publication: Mis à jour:
PAMPERS
DR
Imprimer

SANTÉ - Des produits cancérogènes dans les couches de bébé? Et pas n'importe lesquelles puisqu'il s'agit de l'un des leaders du marché: Pampers. C'est ce que signale une étude de l'Asef (association Santé Environnement France) rapportée par Le Parisien ce mardi 25 octobre.

Selon celle-ci, les couches Pampers contiennent des dérivés du pétrole, des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Plus précisément, il s'agirait de benzo anthracène et de chrysène. Ce sont ces HAP qui sont utilisées pour rendre les couches moins irritantes pour les fesses des nourrissons.

Composants cancérogènes

Problème: ces composants sont classés cancérogènes par l'Union européenne. "Les substances benzo(a)pyrène, benzo(e)pyrène, benzo(a)anthracène, chrysène, benzo(b)fluoranthène, benzo(j)fluoranthène, benzo(k)fluoranthène et dibenzo(a, h)anthracène, ci-après dénommées 'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)', sont classées comme cancérogènes de catégorie 1B conformément à l'annexe VI du règlement (CE) no 1272/2008 du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relatif à la classification, à l'étiquetage et à l'emballage des substances et des mélanges", apprend-on sur le site de l'UE.

La bonne nouvelle, c'est que les taux de ces HAP sont faibles, et même en-dessous des seuils maximums tolérés par l'UE. L'étude de l'Asef montre en effet que les couches Pampers contiennent 0,2mg/kg de HAP. Or la limite fixée par l'UE est de 0,5mg/kg. "Il convient d'interdire la mise sur le marché de jouets et d'articles de puériculture contenant l'un des HAP dans des concentrations supérieures à 0,5 mg/kg dans les éléments accessibles en matière plastique ou en caoutchouc de ces articles", est-il indiqué.

Reste que, pour Ludivine Ferrer, la directrice de l'Asef, interrogée par Le Parisien, c'est l'incompréhension. Même si la quantité est légale, elle s'insurge contre le fait que les parties intimes des bébés soient exposés à ces produits. "C'est légal mais laisser ainsi ne serait-ce que quelques traces de composants dangereux, c'est moralement trop", estime-t-elle. "D'autant que les industriels ne sont pas obligés d'ajouter ces éléments chimiques!"

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.