Huffpost Maroc mg

Une Congolaise enceinte retenue à l'aéroport de Casablanca: La DGSN livre sa version des faits

Publication: Mis à jour:
BLACK PREGNANT WOMAN
Blend Images
Imprimer

MIGRATION - Jeudi 20 octobre, le Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (Gadem) dénonçait dans un communiqué “le refus d’entrée sur le territoire marocain le 8 octobre 2016” d’une femme enceinte de nationalité congolaise, dont “titre de séjour est en cours de validité”.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) vient de publier un communiqué relayé par l’agence de presse MAP, où elle “dément les allégations sur une prétendue ‘rétention’ à l’aéroport Mohammed V de Casablanca d’une Congolaise enceinte en vue de l’expulser”.

Selon la DGSN, “la situation de l’intéressée a été gérée dans le plein respect des dispositions juridiques en vigueur”, justifiant cette décision par “l’expiration du document de séjour dont elle disposait, et d’autre part, du fait qu’elle était restée à l’extérieur du pays pendant une période dépassant six mois”.

“Cette situation fait perdre le droit de séjour au Maroc conformément aux dispositions de l’article 19 du décret d’application de la loi n° 02.03 relative à l'entrée et au séjour des étrangers au Maroc et à l'émigration et l'immigration irrégulières. Dans ce cas, l’intéressée ne peut accéder au Royaume qu’en vertu d’un visa délivré par les autorités marocaines, une condition qu’elle ne remplissait pas alors, ce qui explique le fait qu’elle n’a pas été autorisée à entrer au Maroc”, explique la DGSN.

La femme enceinte de nationalité congolaise a finalement pu accéder au territoire marocain. “L’intéressée a eu un malaise lié à sa grossesse, ce qui a nécessité son transfert au Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd à la demande du médecin de l’unité médicale de l’aéroport, et ce après qu’elle ait obtenu un laissez-passer temporaire d’une durée de 72 heures”, poursuit la DGSN, qui précise que la femme a été admise au CHU pour une durée de 12 jours et devrait finalement obtenir un visa d’accès au territoire national le en considération de son état de santé.

LIRE AUSSI: Le Sri Lankais bloqué depuis 39 jours à l'aéroport de Casablanca renvoyé dans son pays