Huffpost Maroc mg

Pour protester contre la pose d'un sabot sur leur voiture à Rabat, ils utilisent... une scie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

INSOLITE - Il y a des fois où trop, c'est trop. Et c'est visiblement l'état d'esprit d'Abderrahman Benameur, ancien avocat et secrétaire général du Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS). Dans une vidéo, repérée par Le360 et tournée le soir à Rabat, on peut voir l'ancien bâtonnier, un autre homme à ses côtés, s'adresser à la caméra à côté d'une voiture stationnée le long d'une rue de la capitale.

Un détail attire toutefois l'attention. Une troisième personne qui se trouve derrière lui est en train de scier le sabot qui a été posé sur l'un des pneus du véhicule: "“La justice n’est pas arrivée à faire respecter la loi, qui considère illégale la pose de sabot (…) le citoyen se voit donc obligé de défendre ses intérêts, protéger ses droits et les décisions judiciaires, et c’est ce que nous faisons actuellement", explique-t-il.

L'homme qui l'accompagne prend à son tour la parole pour encourager d'autres personnes à faire de même: "User de la voie publique pour retirer de l’argent aux citoyens est parfaitement illégal. Il y a un jugement qui défend les citoyens. Nous appelons les conducteurs à retirer eux-même les sabots s’ils se retrouvent dans une situation similaire".

La pose de sabots est illégale au Maroc, mais les sociétés qui s'occupent de gérer les horodateurs continuent de les utiliser pour pénaliser les automobilistes.

En avril 2015, la cour d'appel administrative de Rabat avait fait un jugement à l'encontre de Rabat Parking, société gestionnaire des horodateurs dans la capitale, qui confirmait l'illégalité de l'immobilisation des véhicules stationnés à l'aide d'un sabot.

Le maire de Marrakech Mohamed Larbi Belkaid, avait appelé en début d'année à la société Avilmar, qui s'occupe des horodateurs dans la ville ocre, à mettre fin à cette pratique.

LIRE AUSSI: Marrakech veut mettre fin à la pose de sabot