Huffpost Tunisie mg

Un désastre écologique au lac de Ghar el Melh

Publication: Mis à jour:
GHAR EL MELH
Facebook/Sauvez le lac de Ghar El Melh
Imprimer

ENVIRONNEMENT- "Sauvez le lac de Ghar El Melh" est l'action citoyenne dont le but est de mettre fin aux agressions que subit le patrimoine historique et archéologique de Ghar El Melh, qui mènera cette ville vers la catastrophe écologique.

Le ministre de l'Environnement a été appelé ce 20 octobre 2016 à visiter le site. Les initiateurs de l'action, qui se transformera bientôt en association, ont présenté au ministre Riadh Mouakher "le massacre" qui s'y tient. Il a promis de faire le nécessaire pour mettre fin aux dépassements et de revenir pour faire le suivi.

Sans compter la valeur historique de cette ville avec son port existant depuis l'époque punique et ses trois forts, la ville est aussi un site archéologique que nombre de chercheurs européens viennent visiter lors d'expéditions historiques.

C'est un patrimoine qui doit être protégé des invasions anarchiques. Ghar El Melh crie au secours. En effet, après la révolution de 2011, des dépassements ont été constatés, ce qui a suscité la colère de la société civile.

Les deux lacs de Ghar El Melh sont en effet en danger. Ces lacs aux caractéristiques uniques donnent aux légumes arrosés de ces eaux un goût particulier.

Ghar El Melh renferme plus de 3000 ans d'histoire. Depuis son établissement par les Phéniciens en 1101 av.J-C, elle a ensuite servi de base militaire pour les espagnols et a accueilli maltais, andalous et français à travers les âges. Elle ferait pourtant l'objet de plusieurs saccages depuis quelques années.

Nebil Belaam, l'initiateur de l'action Sauvez le lac de ghar El Melh, est indigné par la situation :"Des particuliers sont venus remblayer les rives des lacs afin de construire commerces et gargotes, ils agressent ainsi l'eau et ce, sous les yeux dormants des autorités locales." s'adresse-t-il au HuffPost.

"Les rives du lacs sont comme les poumons chez l'être humain. Le remblayage est égal à l'asphyxie, cela détruira les eaux." renchérit-il.

Un danger pour la nature mais aussi pour les habitants qui font de l'agriculture et de la pêche des sources de vivres essentielles.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.