Huffpost Maroc mg

Passe d'armes entre Nabila Mounib et le PJD?

Publication: Mis à jour:
NNABILAMOUNIBLARGE570
DR
Imprimer

GOUVERNEMENT - Alors que le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD) et chef du gouvernement Abdelilah Benkirane avait adressé une invitation à la présidente de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) et secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU) Nabila Mounib, dans le cadre des rencontres de consultation organisées avec les dirigeants des partis politiques, celle-ci a décidé de répondre par voie de presse à l'invitation de Benkirane.

Interrogée mercredi 19 octobre par le site d'information Febrayer.com sur la possibilité de tenir une une réunion consultative avec Abdelilah Benkirane, Nabila Mounib a déclaré qu'il n'y aura pas de rencontre, "cet après-midi", avec le chef du gouvernement.

Le PJD n'a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié sur le portail officiel du parti, le parti rappelle que "la coutume politique veut que le chef de gouvernement désigné rencontre les différents partis représentés au parlement, dans une démarche de consultation, de dialogue et d'échange de points de vue, nonobstant la possibilité, ou non, de participer au gouvernement".

C'est dans cette optique que "le chef du gouvernement a adressé une invitation à Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), afin de la rencontrer mercredi", poursuit le communiqué du PJD, qui s'étonne du fait qu'"au lieu de répondre de la même manière à l'invitation du chef du gouvernement, soit par l'acception, soit par le refus, dans le respect des convenances, Nabila Mounib a eu recours au site d'information Febrayer.com", pour exprimer son refus de tenir une rencontre avec le PJD.

Intox ou rétropédalage?

Nabila Mounib a déclaré au site d'information Quid.ma que les informations faisant état de son refus de rencontrer Abdelilah Benkirane sont de l'intox et du "n'importe quoi". Pourtant, Ali Boutouala, secrétaire général du Parti de l'avant garde socialiste et démocratique (PADS), l'un des trois partis composant la FGD, a expliqué, dans une interview accordée au site d'information Alaoual.com, que malgré leur "appréciation" de l'invitation adressée par le chef du gouvernement, la FGD a décidé de ne pas tenir de rencontre avec Abdelilah Benkirane. "Nous ne jugeons pas la réunion utile, dans la mesure ou elle créera plus de confusion dans le champ politique", a déclaré Boutouala.

LIRE AUSSI: