Huffpost Algeria mg

L'e-Paiement avance à pas très modestes en Algérie

Publication: Mis à jour:
BITAKATI
Archives
Imprimer

Si attendu par les algériens, le paiement à distance, a été lancé depuis deux semaines. Lancé ce n’est pas vraiment le cas, puisque de grandes lacunes en matière d’information des usagers subsistent. Le portail Bitakati.dz fourni quelques informations de base, essentiellement en langue française, et permet de commander la carte interbancaire (CIB) et le mot de passe auprès de la banque de l’usager. Mais de là à passer au e-Paiement, la démarche n’est pas aussi facile.
Le e-Paiement est censé permettre aux usagers de s’acquitter de leurs factures d’eau (SEAAL), de téléphone (Algérie Télécom, Mobilis, Djezzy et Ooredoo), de transport aérien (Air Algérie), d’assurances (CNAS et Amana), comme l’explique l’onglet "Où utiliser ma carte ?" du site Bitakati.dz.

La société d’eau et de l’assainissement d’Alger (SEAAL) et Algérie Telecom (AT) sont, selon le ministre délégué auprès du Ministre des Finances, chargé de l’économie numérique et de la modernisation des systèmes financiers, Mouatassem Boudiaf, le noyau du e-paiement en Algérie.

Le citoyen évitera les longues chaines d’attente au niveau des agences, comme il peut régler sa facture le weekend-end et/ou pendant la nuit en seulement quatre étapes faciles à manipuler : accéder à l’espace privé du client sur le site du web marchand, faire entrer ses informations personnelles, faire entrer son mot de passe et enfin valider l’opération. Tout paraît simple, mais encore faut-il expliquer certaines étapes à l’utilisateur et afficher clairement l’espace paiement électronique sur les sites web.

Parmi les grands facturiers, la SEAAL semble avoir s’être déjà préparé depuis quelques temps. La société propose depuis au moins deux bimestres, sur sa facture Eau et Assainissement, une clé de paiement électronique renouvelable avec chaque nouvelle facture. Il s’agit d’une clé de 22 chiffres que l’abonné fait rentrer dans quatre cases différentes consultable sur la page "Régler votre facture d’eau avec votre CIB" sur le site de SEAAL afin de pouvoir payer en ligne sa facture tout en passant par les étapes déjà citées.

Les clients de la SEAAL semblent partisans de cette formule de paiement. C’est, en tout cas, ce que révèle un sondage effectué par la société concernant les préférences de ses abonnés concernant le mode de paiement. Ainsi, 57.9% des participants au sondage disent opter pour le e-paiement pour régler leurs factures, contre 10.5% seulement qui privilégient le paiement au niveau des agences clientèles.

Contrairement au site de SEAAL où l’espace de paiement en ligne est présenté sur la page d’accueil, l’option e-paiement n’est pas mise en avant sur le site électronique d’Algérie Telecom. L’usager intéressé par cette formule de paiement en ligne doit donc bien chercher cette option furtive dans les différentes rubriques proposées par la plateforme web de l’opérateur historique, avant d’arriver à l’icône "Espace client" qui renvoie vers les deux types d’abonnement 4G (sans fil) et IDOOM (Téléphonie fixe et ADSL), pour "gérer, recharger et consulter votre compte client), puis client "particulier" ou "professionnel" sur lesquels on peut effectuer l’opération de e-paiement après avoir créé un compte client.

Plus simple chez les opérateurs mobiles

Le paiement via carte bancaire a été lancé depuis quelques temps déjà par les trois opérateurs mobiles (Mobilis, Djezzy, Ooredoo) dans le cadre de partenariats avec certaines banques. La nouveauté cette fois, depuis le lancement institutionnel du e-paiement, c’est que le paiement en ligne est possible avec les cartes de l’ensemble des établissements bancaires membres de la carte interbancaire.

Les espaces de paiement électronique sont visibles sur les pages d’accueil des sites web des trois opérateurs. Il s’agit des icones "E-rselli" pour Mobilis, "MY DJEZZY" qui renvoie vers E-FLEXY et E-FACTURE, et "eStorm" pour Ooredoo. Les procédures pour ces facturiers sont les mêmes. Il faut d’abord créer un compte utilisateur lié au numéro de téléphone de l’usager, dans lequel sont demandées les informations nécessaires à l’identification de l’abonné (nom, prénom, adresse).

Sur les espaces de e-paiement de chacun des trois opérateurs mobiles, le détenteur de la carte CIB doit introduire un numéro de téléphone auquel est destiné le chargement et le montant de rechargement avant de valider l’opération sur le site de l’opérateur. A partir de cette étape, et quelque soit l’opérateur mobile, les clics de validation de l’opération de recharge d’un numéro de téléphone renvoient tous vers la "Plateforme de paiement par carte interbancaire CIB" de la SATIM (Société d'Automatisation des Transactions Interbancaires et de Monétique), l’opérateur monétique interbancaire en Algérie.

Dans cette ultime étape de l’opération de e-paiement, le client doit inscrire le numéro de sa carte CIB, le cryptogramme CVV2 (trois derniers chiffres inscrits sur le dos de la CIB), le mois d’expiration, nom et prénom du détenteur de la carte, son adresse et le code postal.

Sonelgaz… un grand absent

Quant à Sonelgaz, le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, a laissé entendre, le jour du lancement officiel du e-paiement, que le Groupe ne tardera pas à être de la partie. "Nous travaillons pour faire rejoindre Sonelgaz" a-t-il indiqué. Contrairement au paiement des factures de la SEAAL qui peut être effectué dans n’importe qu’elle agence dans une même wilaya, celles de Sonelgaz doivent l’êtres dans l’agence commerciale de l’abonné. Il faut souvent consacrer une matinée pour effectuer cette tâche, si l’agence en question ne se trouve pas sur le parcours habituel de l’abonné.

Le e-paiement sera donc le bienvenu. Mais, à ce jour, les trois filiales de la société (SDA, SDE et SDO) ne permettent que la consultation de la facture via un lien qui mène vers la filiale "Elit Spa" (EL Djazair Information Technology), chargée de l’activité Systèmes d’Information du Groupe Sonelgaz.

Selon le ministre délégué auprès du Ministère des Finances, deux jours après le lancement du e-paiement, 260 transactions ont été enregistrées (il ne précise pas si elles ont été effectuées par des entreprises ou des particuliers), et 6000 visites pour le site Bitakati dont un millier à partir de l’étranger. Sur 1,3 million de cartes CIB en circulation, seulement 500.000 mots de passe sont délivrés. Selon la même source, une campagne de sensibilisation est prévue pour bientôt, dans les trois langues (arabe, tamazight et français), sous forme de supports vidéo et via des sms, ainsi qu’un numéro vert (3020) accessible gratuitement à partir de lignes fixes et mobiles.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.