Huffpost Tunisie mg

Walid Jalled évincé d'Al Horra: le parti de Mohsen Marzouk mis à mal

Publication: Mis à jour:
MARZOUK
Facebook/Al Machrou
Imprimer

Après s’être retiré des Journées parlementaires du bloc d’Al Horra, le député Walid Jalled a plutôt été virulent lors de ses récentes interventions médiatiques à travers lesquelles il a sévèrement condamné le changement du nom du bloc en question qui est devenu "le bloc d’Al Machroû Tounes Al Horra".

Suite à cela, le bloc d’Al Machroû Tounes El Horra s’est réuni, hier, et a émis un communiqué dans lequel il informe qu’il a été décidé de limoger Walid Jalled du bloc en question. Selon le communiqué, les déclarations du député sont contraires au règlement intérieur du bloc.

Intervenant sur les ondes d’Express FM, Walid Jalled a estimé que la décision du bloc traduit son intégrité et son honnêteté tout en se disant "fier" de cela. Revenant sur la situation du mouvement de Nidaa Tounes, Jalled a rappelé qu’en dépit de toutes les attaques et insultes qui ont visé le président de la République et les membres de sa famille, aucune décision du genre n’a jamais été prise. Pour le député, cet incident a fait tomber le masque de Mohsen Marzouk.

Mondher Bel Hadj Ali et Mustapha Ben Ahmed, députés du même bloc, ont considéré la décision du limogeage comme étant une sérieuse atteinte à la liberté d’expression au sein de la formation et aux bases de la nouvelle Constitution. Les deux députés ont appelé leurs collègues à revoir leur décision et ce dans le but de préserver l’unité et du bloc et du mouvement. Pour Bel Hadj Ali et Ben Ahmed, seul le dialogue est capable de résoudre les divergences que traverse actuellement Al Machroû.

Autre son de cloche du côté d’Abeda Keffi qui a assuré, lors d’une intervention sur les ondes de Mosaïque FM, que Walid Jalled a été limogé pour avoir violé les articles 5 et 6 du règlement intérieur d’Al Machroû. Pour lui, il est impératif que la ligne politique du mouvement soit respectée par tous ses dirigeants s’ils veulent éviter de refaire les mêmes erreurs que celles survenues avec le mouvement de Nidaa Tounes. Pour finir, le député a assuré que le secrétaire-général du mouvement, Mohsen Marzouk, n’a exercé aucune pression pour que Walid Jalled soit limogé.

De son côté, Mohamed Troudi, député du bloc, a plutôt essayé de faire comprendre que la décision en question a été prise exclusivement par le bloc et que les cadres d’Al Machroû n’ont rien à voir avec le communiqué qui a été signé par Slah Bargaoui.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.