Huffpost Maroc mg

La RAM réagit à la grève "sauvage" du personnel navigant commercial

Publication: Mis à jour:
AEROPORT MOHAMED V
Grève RAM | DR
Imprimer

GRÈVE - La compagnie Royal Air Maroc réagit à la grève du personnel navigant commercial (PNC) de la compagnie aérienne, annoncée en primeur par le HuffPost Maroc lundi soir.

Ce mardi 18 octobre, les hôtesses de l'air et stewards de la RAM sont en effet entrés en grève pour faire entendre leur voix. Entre autres revendications du PNC: une augmentation des salaires de base, une majoration de la rémunération des heures de vol de nuit de 50% et l'instauration de frais de déplacement.

"Suite à la réunion tenue lundi 17 octobre entre la direction du groupe Royal Air Maroc et des membres du personnel navigant commercial de la filiale du groupe Atlas Multiservices, ces derniers ont lancé une grève sauvage de 48 heures en dehors de tout cadre légal. La direction de la compagnie est d’autant plus surprise par cette décision que la réunion s’est déroulée dans un climat responsable et que les deux parties se sont mises d’accord pour la reprise du dialogue", indique la compagnie nationale dans un communiqué diffusé ce mardi.

"Tout en dénonçant un mouvement illégal qui vise à prendre en otage sans préavis les passagers, Royal Air Maroc mettra tout en oeuvre pour assurer la plus grande partie de ses vols. Pour éviter toute éventuelle perturbation, l’ensemble du personnel de la compagnie est mobilisé au service des clients afin de réduire au maximum les désagréments que ce mouvement risque de leur occasionner", ajoute la RAM.

"Royal Air Maroc, qui suit de très près la situation, invite ses clients à se renseigner sur le programme de leurs vols sur son site www.royalairmaroc.com, et sur le numéro: +212 522 48 97 97", conclut le communiqué.

Contacté par le HuffPost Maroc, un responsable de la RAM souligne que "très peu de vols ont été annulés. Il y a plus de vols qui sont retardés qu'annulés. 700 hôtesses de l'air et stewards ont été mis à notre disposition par notre filiale AMS. Le reste du personnel est volontairement mobilisé pour faire face à cette situation et assurer les services de la compagnie au profit du client. Il n'est pas question que le client paye les frais de cette situation".

"C'est inacceptable de prendre en otage des citoyens qui n'ont rien à voir avec cette situation, au lieu d'agir de manière légale dans le respect de la réglementation", ajoute notre interlocuteur.

Il s'agit de la première grande crise à laquelle fait face le nouveau patron la campagne aérienne nationale Hamid Addou, nommé en février dernier en remplacement de Driss Benhima.

En 2009, la compagnie avait dû faire face à un mouvement de grève des pilotes, tandis qu'en 2011, elle avait annoncé la mise en place d'un plan social pour la période 2011-2013, prévoyant le départ de 1.500 salariés pour redresser la "situation critique" dans laquelle elle se trouvait à l'époque. Depuis, la RAM a atteint l'équilibre financier.

LIRE AUSSI: