Huffpost Algeria mg

Pétrole: les négociations de l'Opep sont à la mi-temps, juge son secrétaire général

Publication: Mis à jour:
OPEP
Russian Energy Minister Alexander Novak (2L), Mohammed bin Saleh al-Sada (C), President of the Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC) and Qatar's Energy Minister, Algeria's Minister of Energy, Noureddine Boutarfa (2R) and OPEC Secretary General Nigeria's Mohammed Barkindo (R) attend a press conference during the 23rd World Energy Congress on October 12, 2016 in Istanbul. OPEC has issued an invitation to Russia and other key non-members of the oil cartel to attend a meeting later th | OZAN KOSE via Getty Images
Imprimer

Le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, a jugé mardi que les discussions au sein du cartel sur une limitation de la production de pétrole en étaient à la mi-temps, avant leur reprise prévue fin octobre à Vienne.

Nous en sommes à la mi-temps (...), après nous être réunis à Alger puis à Istanbul, où nous avons invité nos partenaires à se joindre à nous, a expliqué M. Barkindo lors de la conférence Oil & Money à Londres.

Le cartel, qui fait face à une chute brutale des prix de l'or noir depuis 2014 avec une croissance morose de la demande et une hausse de la production, a annoncé fin septembre à Alger travailler sur un accord de limitation de sa production.

Maintenant, nous nous préparons à jouer la deuxième mi-temps, à Vienne à la fin du mois d'octobre, a-t-il ajouté. Les pays partenaires de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont la Russie, ont été invités à participer cette rencontre technique. Ce n'est que lors d'une réunion ultérieure de l'Opep, le 30 novembre à Vienne, que pourrait être concrétisée la limitation de production dont le principe a été annoncé à Alger.

Selon les projections de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), le marché devrait se rééquilibrer de lui-même au cours du deuxième semestre 2017, une tendance qui pourrait être accélérée en cas d'accord sur la baisse de la production.

Le secrétaire général de l'Opep s'est montré plus optimiste. Ce que nous avons fait, c'est prendre une décision qui permettrait un rééquilibrage plus rapide que la plupart des projections, a-t-il argué.

Apparaissant à ses côtés, le directeur de l'AIE, Fatih Birol, a toutefois rappelé que la chute des prix avait fait plonger l'investissement, ce qui aura des conséquences sur la production.

Si l'investissement recule sur trois ans, cela aura des conséquences, le nombre d'explorations et de projets est en chute. C'est un problème central, a prévenu M. Birol.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.