Huffpost Algeria mg

Yémen : les Etats-Unis et l'ONU demandent un cessez-le-feu imminent

Publication: Mis à jour:
YMEN
(L-R) US Secretary of State John Kerry, British Foreign Secretary Boris Johnson and UN Special Envoy for Yemen Ismail Ould Cheikh Ahmed make a joint statement on Yemen at Lancaster House in London on October 16, 2016.The United States, Britain and the UN peace envoy to Yemen today urged the warring parties in the country's civil war to declare a ceasefire within days. / AFP / JUSTIN TALLIS (Photo credit should read JUSTIN TALLIS/AFP/Getty Images) | JUSTIN TALLIS via Getty Images
Imprimer

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'ONU ont demandé dimanche au gouvernement yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi et aux rebelles chiites d'établir un cessez-le-feu imminent au Yémen, dans une guerre ayant fait près de 6.900 morts.

Le temps est venu d'établir un cessez-le-feu sans conditions et ensuite de venir à la table des négociations, a souligné le secrétaire d'Etat américain John Kerry à Londres à l'issue d'une réunion consacrée au conflit.

L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed a participé à la rencontre aux côtés de M. Kerry ainsi que des ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, d'Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis.

John Kerry a souligné que Ismaïl Ould Cheikh Ahmed et Boris Johnson, le chef de la diplomatie britannique, ont appelé à ce que le cessez-le-feu entre en vigueur aussi rapidement que possible, c'est-à-dire lundi ou mardi.

Nous ne pouvons insister trop aujourd'hui sur l'urgence d'en finir avec la violence au Yémen, a ajouté le secrétaire d'Etat américain.

La guerre au Yémen oppose depuis mars 2015 le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par une coalition militaire arabo-sunnite sous commandement saoudien, à des rebelles chiites Houthis pro-iraniens, alliés à des forces fidèles à l'ex-chef d'Etat Ali Abdallah Saleh.

Le conflit a fait près 6.900 morts, selon l'ONU.

Les rebelles contrôlent la capitale Sanaa et des régions du Nord - leur berceau historique -, de l'Ouest et du Centre. Les forces pro-Hadi ont reconquis des zones du Sud, mais peinent à progresser en dépit d'une campagne aérienne intensive de la coalition arabe, qui a fait de nombreuses victimes collatérales.

Le 8 octobre, un raid aérien de cette coalition menée par Ryad a fait, selon l'ONU, 140 morts et 525 blessés lors d'une cérémonie funéraire à Sanaa, un carnage qui a marqué une nouvelle escalade impliquant les Américains, alliés des Saoudiens.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.