Huffpost Maroc mg

La lutte contre la pauvreté: Un combat planétaire

Publication: Mis à jour:
PAUVRE
Reuters
Imprimer

La lutte contre la pauvreté dans toutes ses formes figure parmi les priorités des agendas gouvernementaux de nombreux pays à travers le monde.

L'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré le 17 octobre Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté à travers sa résolution adoptée le 22 décembre 1992 afin d’attirer l’attention sur la nécessité d’éradiquer la pauvreté, la misère et l’exclusion sociale dans tous les pays à l’échelle planétaire.

Célébrée cette année sous le thème "de l'humiliation et l'exclusion à la participation: Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes", cette journée est une occasion de mettre l’accent sur les stratégies et les politiques initiées par les Etats en vue d’éradiquer la pauvreté et la discrimination et de construire un avenir durable dans lequel les besoins actuels de la population seront satisfaits sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs.

Selon des statistiques prévisionnelles de la Banque Mondiale, le nombre de personnes dans le monde vivant dans l’extrême pauvreté devrait passer sous la barre des 10% en 2015, prouvant ainsi à nouveau que la lutte contre le fléau de la pauvreté menée depuis plus d’une vingtaine d’années unit toujours la communauté internationale à travers son objectif historique visant à mettre fin à ce fléau d’ici 2030.

Certes malgré les avancées importantes en matière des objectifs du Millénaire pour le développement qui ont permis une mobilisation mondiale, la problématique de la pauvreté demeure l’un des thèmes centraux du développement pour les Nations Unies.

Ainsi l’objectif du développement durable des Nations Unies qui vise à éliminer l’extrême pauvreté et la faim reconnait que la pauvreté ne résulte pas du manque d’un seul facteur mais de l’absence cumulée de nombreux facteurs étroitement liés les uns aux autres qui affectent la vie des personnes.

Pour le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, "la pauvreté ne se mesure pas simplement à l’indigence d’un revenu. Elle se manifeste par un accès insuffisant à la santé, à l’éducation et à d’autres services essentiels et, trop souvent, par le déni ou la violation d’autres droits fondamentaux", appelant dans ce cadre à une action commune pour élaborer et mettre en œuvre un nouveau programme de développement inclusif dont l’objectif sera d’éradiquer la pauvreté, de protéger la planète et de garantir la dignité de tous.

"Alors que nous jetons les bases d’une voie de développement pour le futur, nous devons nous montrer fermes dans notre engagement à défendre la solidarité et la responsabilité partagées dans le cadre du programme de développement durable. Ce sont des valeurs fondamentales qui doivent être respectées", avait-t-il souligné.

Il a également appelé à un engagement renouvelé en faveur de l’action collective et à agir ensemble de façon unie pour mettre fin à la pauvreté, atteindre la prospérité et la paix partagées, protéger la planète et mettre en place les conditions d’une vie digne pour tous.

La lutte contre la pauvreté, étant un fléau planétaire, requiert la mise en œuvre de politiques publiques ambitieuses au plan local, national et international afin de booster la relance économique des pays et amorcer un réel développement équitable et durable.

Au Maroc, selon le rapport du Haut-commissariat au plan (HCP), basé sur les chiffres de 2012, le Maroc a quasiment mis fin à l’extrême pauvreté, dépassant même les objectifs de l’ONU. En 2011, moins d’un Marocain sur 100 (0,1% en milieu urbain et 0,5% en milieu rural), vivait d’un revenu inférieur à 1 dollar par jour.

En 2013, l’ONU indiquait néanmoins que malgré la tendance à la baisse de la pauvreté, la persistance des disparités territoriales, entre milieu urbain et rural mais aussi entre les régions, reste "patente". "La question de la lutte contre la pauvreté au Maroc est désormais une question de réduction des disparités économiques et sociales", soulignait le rapport de l’ONU.

LIRE AUSSI: Une enquête sur la pauvreté des enfants au Maroc