Huffpost Maroc mg

Quand le Prix Nobel de littérature Bob Dylan parlait de Tanger dans l'une de ses chansons

Publication: Mis à jour:
Imprimer

MUSIQUE - Des Rolling Stones à Jim Morrison en passant par Paul Bowles, d'innombrables artistes et hommes de lettres sont tombés sous le charme da ville du détroit....

Et parmi les artistes qui ont été inspirés par Tanger, on retrouve Bob Dylan, le récent lauréat du prix Nobel de littérature, qui fait référence à la ville dans une de ses chansons. Ce morceau intitulé If You See Her, Say Hello (Si tu la vois, dis lui bonjour) est sorti en 1975 sur Blood on the Tracks, le quinzième album studio de l'artiste.

"Si tu la vois, salue la, elle est sûrement à Tanger"

Dans ce morceau de 3min20, Bob Dylan s'adresse à un interlocuteur inconnu à propos d'une femme avec qui il a eu une histoire amoureuse et qu'il n'arrive pas à oublier. Il demande à la personne à qui il s'adresse de délivrer un message à cette mystérieuse inconnue. Le morceau débute ainsi:

If you see her, say hello, she might be in Tangier
Si tu la vois, salue la, elle est sûrement à Tanger
She left here last early spring, is livin there, I hear
Elle est partie d'ici au début du printemps dernier, j'ai entendu qu'elle habite là-bas

Bob Dylan enchaîne ensuite sur les difficultés qu'il rencontre à se remettre de cette séparation et demande à son messager de ne pas dévoiler la souffrance qu'il éprouve:

Say for me that I'm all right though things get kind of slow
Dis lui de ma part que je vais bien, mais ces choses là prennent du temps
She might think that I've forgotten her, don't tell her it isnt so.
Elle doit croire que je l'ai oublié, ne lui dit pas que c'est pas le cas...

Avec une douce mélancolie, Bob Dylan parle à celles et ceux qui ont déjà eu à affronter le départ de l'être aimé:

Oh, whatever makes her happy, I wont stand in the way
Oh, peu importe ce qui la rend heureuse, je ne m'y opposerais pas
Though the bitter taste still lingers on from the night I tried to make her stay.
Bien que j'ai encore le goût amer de cette nuit ou j'ai tenté de la faire rester

"Peut-être que je suis trop sensible, ou alors je me ramollis" se demande l'artiste face à sa difficulté à aller de l'avant, mais quoi qu'il en soit il se retrouve à espérer revoir cette femme un jour en chantant à la fin du titre:

If she's passing back this way, Im not that hard to find
Si elle passe dans le coin, je ne suis pas dur à trouver
Tell her she can look me up if shes got the time.
Dis lui qu'elle peut passer me voir si elle a le temps

Si If You See Her, Say Hello n'est pas une des oeuvres les plus connus de cette légende de la musique américaine, elle met surtout en lumière ses talents de paroliers. Le prix Nobel lui a d'ailleurs été remis car Dylan a "créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d’expression poétique" avait déclaré l'académie Nobel au moment d'annoncer sa victoire.

Sara Danius, la secrétaire générale de l'institution suédoise, a décrit Dylan aux médias en ces termes: " Il s’inscrit dans une longue tradition qui remonte à William Blake. Il est extrêmement doué pour la rime. C’est un sampleur littéraire qui convoque la grande tradition et peut marier de façon absolument novatrice des musiques de genres différents, des textes de genres différents".

Tanger, muse de l'époque hippie

La référence que fait Bob Dylan à Tanger au début de ce titre n'est pas anodine. Le mouvement hippie était encore en plein essor lorsque ce morceau a été écrit. Et la ville du détroit a accueilli dans ses rues de nombreux artistes et écrivains, attirés par l'effervescence intellectuelle qui y régnait lorsque ce petit bout de Maroc disposait encore d'un statut international.

A une période où la guerre au Vietnam faisait encore rage, la douceur de vivre qu'offrait la ville du détroit était une bénédiction pour les bohèmes en tous genres comme le rappelle le magazine Zamane. Tout comme le hachich produit dans le montagnes du Rif. Beaucoup d'artistes sont par exemple passés par le célèbre café Hafa, où William S. Burroughs, The Beatles et Rolling Stones ont dégusté un thé à la menthe avec une vue plongeante sur le détroit de Gibralar.

LIRE AUSSI: