Huffpost Maroc mg

"Ce qui se passe à Inwi est inouï"... Le syndicat d'Inwi se lâche, l'opérateur réagit

Publication: Mis à jour:
INWI680X365_C
"Ce qui se passe à Inwi est inouï"... Le syndicat d'Inwi se lâche | DR
Imprimer

SYNDICAT - La tension est à son comble entre l'opérateur Wana Corporate (INWI) et le Syndicat national du personnel de Wana Corporate, affilié à l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), le bras syndical du Parti de la justice et du développement (PJD).

"Ce qui se passe à WANA Corporate (INWI) est effectivement inouï. Avec l'arrivée d'un nouveau management et surtout d'une nouvelle tête des ressources humaines, le code de travail ainsi que tout le volet constitutionnel relatif aux libertés syndicales ont été suspendus... du moins dans l'enceinte de cette entreprise faisant partie du grand groupe SNI (anciennement ONA)", écrit le syndicat dans un communiqué diffusé mercredi 12 octobre.

"Ainsi, les licenciements sans motifs sont devenus courants, et les sanctions pour de faux motifs aussi. Mais surtout, nous sommes passés à un management par l'égo, un management qui se fait sur la base de sentiments personnels, et non l'intérêt de la boîte et le respect des lois. Regrettable, certes, mais c'est bien une réalité", fustige le syndicat.

Suite à la publication de notre article, une source autorisée chez Inwi a tenu à apporter les précisions suivantes:

-Le débat date d'il y a un mois, depuis l'organisation d'une conférence par l'UNTM dans son siège, à Rabat. Le communiqué diffusé mercredi ne fait que reprendre les mêmes éléments auxquels Inwi a déjà répondu par le passé.

-L'UNTM n'est pas le syndicat élu. le bureau syndical d'Inwi a été élu sous les couleurs de l'UMT, qui est le représentants légitime des salariés sur la base des dernières élections organisées au sein de l'entreprise.

-Deux collaborateurs ont été licenciés pour des raisons parfaitement justifiées et acceptables: le premier a présenté, en 2016, 21 certificats médicaux totalisant 90 jours d'absence. Un autre collaborateur passait plusieurs heures par jour dans un café à côté du siège de l'entreprise. Il s'agit soit d'abandon de poste et d'absences répétitives.

-L'appartenance syndicale ne peut servir de couverture pour se soustraire de ses obligations professionnelles.

En septembre dernier, trois employés de la société Wana Corporate, détentrice de l’opérateur de télécommunications Inwi, avaient été licenciés. L’UNTM avait alors accusé l’opérateur de télécommunications d’avoir “opéré des licenciements abusifs et sans fondement légal”, ajoutant que l’entreprise “ne reconnait pas le syndicat et empêche les employés de bénéficier de leurs libertés syndicales”.

“La suspension des contrats de travail des trois employés a été le résultat de la négligence de leurs engagements professionnels”, indiquait se son côté une source chez Wana Corporate.

LIRE AUSSI: Wana Corporate accusée par des syndicalistes de licenciements abusifs