Huffpost Algeria mg

Icosium, le jeu de société pour tester vos connaissances sur l'Algérie

Publication: Mis à jour:
ICOSIUM GAME
DR
Imprimer

Lancé fin septembre 2016, Icosium est un jeu de société algérien élaboré par l’éditeur de contenus éducatifs iMadrassa. Se jouant seul ou à plusieurs, Icosium permet non seulement de tester ses connaissances générales sur l’Algérie mais de les développer et les diversifier.

"L’idée est née en mars 2016 à partir de deux constats", explique Kamel Haddar, co-fondateur de iMadrassa. "D’abord, un manque de culture générale chez les étudiants" selon lui, ensuite "l’absence de jeux ludiques pour améliorer celle-ci chez les élèves et les lycéens". "Lors d’une conférence sur la réussite scolaire et professionnelle que j’ai animée dans une université algérienne pour sensibiliser les étudiants à la culture générale, j’ai demandé “qui est Massinissa” et je n’ai entendue aucune bonne réponse", dit-il.

Désirant alors prévenir de ces lacunes, il décide de recourir aux jeux ludiques et améliorer la culture générale des lycéens. Kamel Haddar constate alors que ceux-ci étaient indisponibles en Algérie. "Il me paraît fondamental que chacun de nous, enfant ou adulte, connaisse son Histoire, depuis l’antiquité à nos jours et que chaque Algérien ait une culture générale développée. Notre avenir en dépend", dit-il.

M. Haddar est vite passé à l’action. Il a réuni des enseignants, des journalistes, des étudiants et des professionnels de plusieurs thématiques de culture générale. L’équipe se met ainsi au travail et élabore Icosium, nom romain de la ville “Alger”. "Je trouve que c’est un bon point de départ pour commencer à apprendre, l’Histoire en général et particulièrement celle de l’Algérie", explique-t-il.

Plus de 2000 questions ludiques

Environ 2.000 questions de culture générale, dont 70% relatives à l’Algérie, sont réunies dans ce produit ludique. Les défis proposés sont liés à l’histoire et la géographie, la culture, aux sports, à la gastronomie et les traditions.
Seul ou en équipe, le premier joueur qui fera le tour des 48 Wilayas en répondant correctement à chacune des questions des cinq catégories remporte la partie. "Il est possible de répondre individuellement aux questions ou de demander trois suggestions de réponses", révèle Kamel Haddar. "Dans le premier cas, vous avancerez plus vite. Quand vous optez pour la seconde option, vous avancez moins vite".

Un peu à la manière du célèbre jeu "Monopoly", à chaque tour, le joueur choisit de tirer ou non une carte du paquet “z’har” (chance), lui offrant une option avantageuse… ou pas, pour le reste de son parcours, poursuit le co-fondateur de iMadrassa, le site de soutien scolaire en ligne. "Le contenu de Icosium est accessible à partir de 12 ans. Des cartes pour les enfants sont marquées par un pictogramme", précise notre interlocuteur.

Une manière amusante et simple de se “rafraîchir la mémoire” ou d’améliorer ses connaissances. "Icosium fera de vous un incollable sur l’Algérie", affirme-t-il avec assurance. "Par exemple, beaucoup ignorent quel est le vrai nom de Houari Boumediene, ou qui étaient les porteurs de valises durant la guerre de libération". Icosium interrogera, entre autres, ses joueurs sur le royaume de Massinissa, sur le surnom de l’adjoint de l’Inspecteur Tahar ou sur les boucles d’oreilles faisant partie de la tenue nuptiale tlemcénienne "Chedda".

Une application mobile pour bientôt

Disponible en précommande sur le site internet, en attendant la production d’autres modèles, le jeu Icosium coûte 4900 DA ou 45 euros (pour des livraisons à l’étranger). Un prix qui a suscité des interrogations d’internautes lors de l’annonce sur le web de la commercialisation d’Icosium. "Il m’a été plus difficile de trouver un imprimeur à des prix abordables que de concevoir les questions et les réponses du jeu…", regrette Kamel Haddar.

"Produire le jeu en Algérie nous revient 5 fois plus cher que le produire en Turquie ou en Chine. J’ai tout de même pris la décision de tout produire en Algérie", affirme-t-il.

Le même responsable ajoute que le prix de Icosium devrait baisser en fonction de l’augmentation de la demande. "Plus nous vendrons, plus le prix baissera. Si le ministère de l’Education introduit ce jeu dans les cursus scolaires pour que chaque élève l’utilise, son prix de vente devrait baisser sensiblement", propose-t-il.

Pourtant, ce jeu semble déjà intéresser de nombreux Algériens. "En moins de deux semaines, nous avons enregistré plus de 500 précommandes", fait savoir Kamel Haddar. Ces précommandes seront livrées en début décembre, en Algérie comme à l’étranger.

Et les élèves ne sont pas la seule cible du jeu Icosium, puisque "beaucoup d’entreprises l’achètent pour leurs clients et leurs employés étrangers pour mieux connaître l’Algérie", affirme-t-il. Kamel Haddar fait aussi savoir que son équipe travaille sur une version mobile du jeu Icosium, comportant des quizz sur les mêmes thématiques, en attendant le lancement d’une version de réalité virtuelle.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.