Huffpost Maroc mg

À El Hoceïma, PJD, PPS, USFP et RNI dénoncent le vote des morts

Publication: Mis à jour:
ELECTIONS MOROCCO
A voter casts her ballot at a polling station in Rabat November 25, 2011. Moroccans voted in a parliamentary election on Friday that could yield their most representative government ever after King Mohammed ceded some powers to prevent any tumultuous spillover of Arab Spring uprisings. REUTERS/Youssef Boudlal (MOROCCO - Tags: POLITICS ELECTIONS) | Youssef Boudlal / AFP
Imprimer

ELECTIONS - Six jours après les élections législatives, la situation s'enlise à El Hoceïma. Après la tenue d'un sit-in devant le siège de la Wilaya de la ville, les mandataires des listes locales du Parti de la justice et du développement (PJD), du Parti du progrès et du socialisme (PPS), de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), du Rassemblement national des indépendants (RNI), du Mouvement démocratique et social (MDS) et du Parti de la renaissance et de la vertu (PRV) ont émis un communiqué pour dénoncer les dépassements et les irrégularités observées dans la circonscription d'El Hoceïma.

Les candidats, qui dénoncent "l'intervention directe des agents d'autorité en faveur du candidat du Parti authenticité et modernité (PAM)", vont plus loin, et accusent des chefs de bureaux de vote d'avoir falsifié les procès-verbaux relatifs à l'opération électorale.

Selon les signataires du communiqué, il y a, également, "nécessité d'enquêter sur les votants inscrits aux listes électorales, dont certains sont décédés" depuis longtemps. D'autres seraient, à en croire les signataires du communiqué, "des électeurs corrompus".

Les mandataires des listes locales des partis appellent à l'annulation de l'élection à El Hoceïma, et à la tenue d'élections partielles, "dans le respect des lois en vigueur", concluent-ils.

LIRE AUSSI: