Huffpost Tunisie mg

Quand un simple tweet libère la parole sur les agressions sexuelles

Publication: Mis à jour:
AGRESSION
GETTY IMAGES/PHOTOALTO
Imprimer

VIOLENCES- Parfois, un seul tweet peut faire la différence. Celui de Kelly Oxford sur les agressions sexuelles a pour sa part déclenché une avalanche de témoignages sur le réseau social, le 7 octobre dernier.

Alors qu'était dévoilé un enregistrement audio de Donald Trump se vantant de pouvoir toucher librement des femmes grâce à sa célébrité, la blogueuse canadienne a tenu à s'adresser à ses 750.000 followers.

tweet

"Femmes, tweetez-moi vos premières agressions. Ce ne sont pas que des statistiques. Je commence la première: un vieil homme dans le bus m'attrape par la "chatte" et me sourit. J'ai 12 ans".

En une heure, plusieurs milliers de témoignages ont afflué sous le hashtag #notokay (pas d'accord), au rythme ahurissant de 50 par minute. Le lendemain, à sa grande surprise, son tweet recensait plus d'un million de réponses.

Entre témoignages crus, d'hommes et de femmes violentés, de descriptions évocatrices ou encore de messages de soutien, le tweet de Kelly Oxford avec son hashtag #notokay est devenu viral. Ce dernier est d'ailleurs resté en trending topic pendant plusieurs heures.

Les agressions sexuelles sont un sujet très délicat aux Etats-Unis. Une des dernières polémiques en date avait éclaté en 2015 lorsqu'un ex-étudiant de Standford n'avait écopé que de 6 mois de prison après avoir violé une jeune femme ivre et inconsciente lors d'une soirée. Il est d'ailleurs sorti libre au bout de trois mois d'incarcération.

Avec ses propos sexistes et orduriers envers les femmes, Donald Trump relance malgré lui ce débat brûlant.

A tel point que le Huffington Post américain en a fait un outil. Voici tous les tweets publié sous #notokay:

tweet

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
9 photos troublantes qui capturent la violence des agressions sexuelles
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction