Huffpost Tunisie mg

Tunisie: Une énième affaire de professeure agressée par son élève. Pourquoi tant de violence dans le milieu éducatif?

Publication: Mis à jour:
LYCE PRES BLANCS
Facebook Lycée Pères Blancs
Imprimer

VIOLENCE- Une énième affaire de professeurs violentés par leurs élèves a été relayée sur les réseaux sociaux. La victime est une professeure d'anglais dans un lycée de Tunis. Elle a été verbalement et physiquement agressée par une de ses élèves, a témoigné son fils sur Facebook. La famille de la professeure annonce qu'elle poursuivra l'élève ou son tuteur légal en justice.

facebook

Au-delà de ce fait divers, on évoque souvent la violence qui sévit dans le milieu scolaire dont sont victimes aussi bien les professeurs, que les élèves entre eux. Les agresseurs agissent seuls ou en groupe. La violence dans le milieu scolaire est-elle un phénomène nouveau?

"Non, cette violence a toujours existé. Les élèves qui se forment en bandes et se comportent en petits caïds c'est un phénomène qui a toujours jalonné le milieu éducatif. Avant, il était plus maîtrisé parce qu'il y avait de l'ordre et on n'en parlait pas beaucoup contrairement à aujourd'hui où tout se sait, que ce soit via les médias ou les réseaux sociaux", a répondu Moncef Wannes, sociologue au HuffPost Tunisie.

LIRE AUSSI:

Ce qui est nouveau, selon le sociologue, c'est que d'après les études faites en la matière, la violence est devenue plus alarmante, plus crue. "L'autorité en général n'est plus respectée, constamment remise en cause, en témoigne l'affaire du délégué", a-t-il ajouté.

À quoi est due cette mise en branle de l'autorité? Qui sont les responsables, les parents, le personnel éducatif ?

"C'est la responsabilité de tous. Les parents sont débordés et n'arrivent plus à contrôler leur progéniture. La responsabilité revient aussi à l'Etat qui recrute des surveillants non qualifiés, (avec la vague de recrutement lors des dernières années des maîtrisards dans beaucoup de spécialités pour les postes de surveillants). C'est le fruit aussi de toute une société plus minée par la violence", explique Moncef Wannes.

LIRE AUSSI: Tunisie - Images violentes dans les médias: Un pédopsychiatre explique leur impact sur les enfants (INTERVIEW)

Si la recrudescence de la violence n'est pas un mal spécifiquement tunisien, ce qui l'est, c'est l'instabilité engendrée par les périodes de transitions: "La transition entraîne son lot d'instabilité, de débordements avec une dose excessive de violence qui touche tous les domaines", a-t-il conclu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
La dakhla pleine d'émotion du lycée pilote de Gafsa en honneur de leurs professeurs
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction