Huffpost Maroc mg

Cette entrepreneuse maroco-espagnole produit des burkinis (et ne connaît pas la crise)

Publication: Mis à jour:
HARAMLAK
Cette entrepreneuse maroco-espagnole produit des burkinis (et ne connaît pas la crise) | Haramlak
Imprimer

MODE - C'est une petite entreprise en plein essor. Soumia Elouali Hanini et Romina Cusulini ont lancé leur marque de burkinis haut de gamme et de vêtements de protection solaire, Haramlak. Une première en Espagne.

L'entreprise, à laquelle s'est intéressé le journal espagnol El Pais dans un article paru cette semaine a vu ses ventes augmenter après "l'affaire du burkini" en France et les polémiques qui ont suivi.

"Avant, personne ne savait ce qu'était un burkini"

"De plus en plus en plus de personnes se sont intéressées à nos produits. Avant, personne ne savait ce qu'était un burkini, maintenant c'est mondialement connu", explique Soumia au quotidien espagnol.

Amies depuis vingt ans, Soumia, d'origine marocaine, et Romina, d'origine argentine, lancent leur marque de "vêtements de protection solaire et burkinis" en 2013, baptisée Haramlak en hommage à la pièce du palais où les sultanes se réunissaient pour discuter.

Une idée que les deux femmes ont eue après une visite en Arabie saoudite, où elles ont observé les habitudes vestimentaires des Saoudiennes à la piscine.

"J'y ai vu des choses vraiment peu hygiéniques. Les femmes se baignaient avec leurs vêtements, des collants ou une robe" raconte Soumia à El Pais. Pour l'entrepreneuse d'origine marocaine, le burkini est une alternative "bien plus hygiénique qu'un vêtement en coton".

En hiver, place au burkini jogging

L'entreprise ne se limite pas à produire des burkinis pour les plages ou piscines, mais aussi pour le sport. Ainsi durant la période hivernale se multiplient les commandes de "burkinis jogging".

Les deux femmes comptent aussi diversifier leur marque avec des burkinis taille XXL, ou une collection pour les adolescentes. "Nous avons beaucoup de demandes de la part de filles âgées de 13 à 15 ans", conclut Soumia Elouali.

LIRE AUSSI: