Huffpost Maroc mg

Aziz Akhannouch, nouveau président du RNI

Publication: Mis à jour:
AKHANNOUCH
DR
Imprimer

POLITIQUE - Aziz Akhannouch, nouveau président du Rassemblement national des indépendants (RNI) après le congrès qui se tiendra le 29 octobre. C'est ce qu'a décidé le bureau politique du parti, lors de la réunion tenue ce mercredi 12 octobre à partir de 17 heures, comme l'a rapporté au HuffPost Maroc une source au parti.

Alors que le bureau politique du parti a initialement proposé que Aziz Akhannouch soit président par intérim du parti, en attendant la tenue d'un congrès extraordinaire en janvier, l'idée qui a finalement été retenue, tard dans la soirée du mercredi 12 octobre, est que le congrès se tienne le 29 octobre.

Le bureau politique du RNI a également décidé d'avaliser, comme nous n'avons annoncé, le rapprochement avec l'Union constitutionnelle (UC), et de confier au nouveau président du parti les prérogatives pour négocier les modalités d'entrée au gouvernement, dès que Aziz Akhannouch sera porté à la tête du parti.

Le retour en force de Aziz Akhannouch au RNI a créé la surprise. Alors que l'on disait Mohamed Boussaid et Anis Birou largement favorisés pour succéder à Salaheddine Mezouar, chacun d'entre eux ayant su se positionner comme garant de la stabilité du parti, aujourd'hui, l'information qui a "fuité" dans la presse a laissé à penser que Aziz Akhannouch sera appelé, voire plébiscité par les dirigeants du RNI pour succéder à Mezouar, et qu'il appartiendra à Akhannouch d'accepter ou de refuser ce poste.

La réalité est quelque peu différente: l'option de diriger le parti intéresse Aziz Akhannouch. Selon des insiders, après avoir joué durant longtemps le rôle du "soldat de réserve", Aziz Akhannouch a, désormais, des ambitions pour le parti.

Selon les informations obtenues par le HuffPost Maroc, les dirigeants du RNI se sont réunis mardi 11 octobre dans la soirée, au domicile de Aziz Akhannouch, à Casablanca, afin de lui proposer la présidence du RNI. À l'issue de la rencontre, le ministre de l'Agriculture sortant aurait manifesté son intérêt pour la présidence du parti. "Beaucoup de choses plaident pour lui. Sa stature, l'argent qu'il brasse, les avantages dont il bénéficie, ainsi que son réseau", commente une source bien informée.

Au lendemain de la publication des résultats des élections législatives, lors desquelles le RNI n'a obtenu que 37 sièges, Salaheddine Mezouar avait présenté sa démission au bureau politique du RNI, se considérant comme "responsable" de la débâcle du parti de la colombe.

LIRE AUSSI: