Huffpost Maroc mg

Donald Trump lâché de tous les côtés après ses propos machistes

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP
Donald Trump lâché de tous les côtés après ses propos machistes | Mike Segar/Reuters
Imprimer

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE 2016 - Le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, aborde dimanche 9 octobre en très mauvaise posture un débat télévisé pourtant crucial contre sa rivale démocrate Hillary Clinton, au terme d'un week-end catastrophique pour lui.

A 20h (2h du matin au Maroc) à l'université Washington de St. Louis (Missouri), le milliardaire et l'ancienne secrétaire d'Etat se retrouveront face à deux modérateurs et un panel d'électeurs indécis, en direct sur les grandes chaînes des Etats-Unis.

Mais là où Hillary Clinton tentera de convaincre davantage de sa stature présidentielle, Donald Trump pourrait en être réduit à faire de la gestion de crise.

La faute à la révélation vendredi de propos que le magnat de l'immobilier a tenus en 2005, tellement machistes et vulgaires qu'ils ont déclenché une tempête.

Résultat, le candidat a vu fondre ses soutiens ces dernières 48 heures, y compris parmi les ténors républicains.

"Tu peux tout faire"

Dans une vidéo filmée par NBC il y a 11 ans, Donald Trump se vante de sa façon de conquérir les femmes qui l'attirent, avec des techniques proches du harcèlement sexuel.

"Quand t'es une star, elles te laissent faire. Tu peux tout faire", affirme-t-il, en utilisant un mot très cru pour le sexe féminin.

Ceci, au moment même où le trublion républicain, familier des outrances, a un besoin criant de rallier une partie de l'électorat féminin et modéré.

Il risque désormais au contraire de s'aliéner ces voix cruciales, à moins d'un mois du scrutin du 8 novembre.

Le débat s'annonce donc houleux, d'autant que le milliardaire avait été donné perdant après sa première confrontation avec la candidate démocrate.

Quelle stratégie adoptera donc le magnat républicain sur la défensive, pour remonter une pente d'autant plus raide qu'il se retrouve isolé et critiqué jusque dans son cercle rapproché?

Ses déclarations vendredi soir et samedi permettent d'avoir une idée sur la question: Donald Trump devrait doser humilité -en répétant ses excuses et affirmant avoir changé- et attaques contre Hillary Clinton, en ciblant son mari Bill, coupable d'aventures extraconjugales passées.

Samedi, Donald Trump a retweeté un message d'une femme qui avait soutenu en 1999 avoir été violée en 1978 par le président Clinton.

"Combien de fois cela devra-t-il être dit? Les actions ont plus de poids que les mots. Donald Trump a dit de mauvaises choses! Hillary Clinton m'a menacée après que Bill Cinton m'a violée."

Il devrait également répéter sa volonté inflexible de mener sa campagne jusqu'au bout, au nom de la fidélité à ses partisans et en dépit des appels d'élus républicains qui lui demandent de jeter l'éponge.

Les élus quittent le navire Trump

Donald Trump devra expliquer aussi comment il entend rassembler largement les Américains, alors que jusque dans son propre parti des grands noms ont annoncé samedi qu'ils ne voteraient plus pour lui.

Parmi eux figurent John McCain et Mitt Romney, deux anciens candidats à la Maison Blanche, Arnold Schwarzenegger, ancien acteur et ex-gouverneur de Californie, ou encore l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice.

"Il n'y a pas d'excuses pour le comportement choquant de Donald Trump. Cindy et moi ne voterons pas pour lui."

"Aussi fier que je suis moi-même étiqueté comme républicain, il y a une étiquette à laquelle je tiens avant tout - américain."

Le président républicain de la Chambre des représentants Paul Ryan s'est, lui, dit "écœuré" par les propos de Donald Trump.

Même son colistier, Mike Pence, a pris ses distances. "Je ne peux pas défendre" les déclarations du candidat investi par le parti, a affirmé M. Pence, en saluant toutefois le fait que Donald Trump ait présenté des excuses.

Melania Trump, l'épouse du milliardaire, a elle demandé aux Américains d'excuser son mari pour ses propos qui, selon elle, ne représentent pas qui est réellement Donald Trump.

La vidéo de 2005 "est un couteau planté dans le cœur de Trump, au débat il est certain qu'on va lui poser la question", prédit Larry Sabato, politologue de l'Université de Virginie.

"Trump ne perdra aucune voix au sein de sa base électorale, ils s'en fichent", dit cet expert. "Mais Trump ne parviendra pas à élargir sa base de soutien".

LIRE AUSSI: