Huffpost Algeria mg

Après les graves accusations de Saadani, Ouyahia défend le général Toufik et Belkhadem

Publication: Mis à jour:
OUYAHIA
Ahmed Ouyahia,durant sa conférence de presse au siège du RND à Alger, le 8 Octobre 2016 | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Après le passage de la tornade Saadani qui a suscité des vives polémiques après ses attaques virulentes contre le général Toufik, ancien patron du DRS qu’il a accusé notamment d’avoir fomenté les troubles intercommunautaires de Ghardaïa et Abdelaziz Belkhadem, ancien SG du FLN et ex-Ministre d’Etat conseiller du président de la république, Ahmed Ouyahia savait qu’il n’échapperait pas aux questions des journalistes.

Samedi, Ahmed Ouyahia qui a pris soin de préciser qu’il s’exprimait en tant que secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND) et non en tant que Directeur de Cabinet de la présidence, a fait mine de botter en touche aux questions sur la sortie de Amar Saadani : «No comment », « je ne suis pas un commentateur sportif, ni un commentateur »…

Après avoir fait attendre les journalistes Ahmed Ouyahia a fini par répondre aux questions sans citer nommément Amar Saadani ou le général Toufik mais en exprimant ouvertement son respect pour Belkhadem. Le tout sur un ton qu’il voulait pondéré pour trancher avec la sortie particulièrement vindicative de secrétaire général du FLN.

Ahmed Ouyahia ne s’est pas contenté de «blanchir» le général Mohamed Médiene de l’accusation gravissime d’avoir fomenté les troubles de Ghardaïa en rappelant qu’il avait déjà dit que les évènements qui ont secoué la vallée du M’Zab étaient le fait d’une «manœuvre interne et externe ». Il a clairement laissé entendre que l’accusation ciblant le général Toufik était une atteinte à l’armée dans son ensemble.

général toufik

Le général Toufik

"Derrière une personne, des milliers d'agents, des officiers, des sous-officiers..."

«Quand certains parlent j’espère qu’ils n’oublient pas que derrière une personne, il y a des milliers d’agents, des officiers, sous-officiers et des djounouds. Ils sont aussi de l’armée nationale populaire. J’ai déjà répondu sur Ghardaïa, je ne suis pas d’accord avec le dernier discours ».

Amar Saadani qui a lancé un chapelet d’accusations contre l’ancien patron des services, surnommé «Rab Dzayer », la plus grave étant celle qui se rapportait aux troubles de Ghardaïa qui ont duré de long mois entre les jeunes ibadite et chaambi.

"Les événements de Ghardaïa c'est lui qui en est l'instigateur" avait asséné Amar Saadani qui a également accusé l’ancien patron de services d’avoir téléguidé la lettre de 14 moudjahidine appelant à la restitution du FLN à l’histoire et à la mémoire du peuple algérien.

Ahmed Ouyahia a balayé d’un revers de la main l’évocation des déserteurs de l’armée française (les DAF) dont le général Toufik serait le fer de lance : une carte que certains jouent sur le «marché de la politique » alors que le président Bouteflika tout comme «Moustache, Boumediene» ont travaillé avec des officiers déserteurs de l’armée française.

«Boumediene a eu un grand problème en 1967 à cause des officiers qui ont fait l’armée française, il a construit une armée avec eux ».

Ahmed Ouyahia a exprimé par ailleurs sont respect à Abdelaziz Belkhadem avec lequel il a «travaillé de longues années ». « J’ai pour lui respect et considération. Mes sentiments à son égard ne changent pas, ils ne sont pas saisonniers » a-t-il déclaré.

Amar Saadani accusé son prédécesseur à la tête du parti FLN d’être à la solde de la France et a suggéré aux journalistes d’enquêter sur "les accointances" de la famille de Belkhadem durant la guerre de libération nationale. Une attaque qualifiée d’ordurière par l’ancien ministre d’Etat-conseiller du président Bouteflika.

LIRE AUSSI :

Amar Saadani lance de graves accusations contre le général Toufik

Accusations de Saïdani: Belkhadem réplique, Nekkaz menace de recourir à la Justice

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.