Huffpost Maroc mg

La police allemande aux trousses d'un Syrien soupçonné de préparer un attentat

Publication: Mis à jour:
SYRIEN RECHERCH EN ALLEMAGNE
La police allemande aux trousses d'un Syrien soupçonné de préparer un attentat | AFP
Imprimer

TERRORISME - Une large opération de police était en cours samedi 8 octobre dans la ville de Chemnitz, dans l'est de l'Allemagne. La police est à la recherche d'un Syrien de 22 ans, soupçonné de préparer un attentat à la bombe.

"Nous menons actuellement à Chemnitz une opération à grande échelle en raison de soupçons de préparation d'un attentat à la bombe", a tweeté la police plus tôt dans la journée, recommandant aux résidents du quartier affecté de rester chez eux. Les informations ayant conduit à cette opération de police ont été transmises par les services du renseignement intérieur, a précisé le porte-parole de la police de Saxe à l'AFP.

Quelques heures plus tard, un avis de recherche a été lancé concernant Jaber Albakr, un Syrien né en janvier 1994, vêtu d'un "sweat à capuche noir orné d'un gros motif" et "soupçonné de préparation d'un attentat à la bombe". Il serait actuellement en fuite.

Dimanche 9 octobre, les opérations de police se poursuivaient dans l'est du pays pour tenter de le retrouver.

"Nous devons supposer que cette personne est évidemment dangereuse", a déclaré le porte-parole de la police de Saxe. Selon les autorités, l'homme serait lié à l'Etat islamique.

Une substance explosive "plus dangereuse que le TNT" a été retrouvée

Lors de la fouille de l'appartement visé, la police n'a pas trouvé le suspect ni de bombes mais des traces d'explosifs, a indiqué un porte-parole de la police. "Dans l'appartement concerné à Chemnitz, des matériaux hautement explosifs ont été trouvés, de nouvelles mesures d'évacuation sont nécessaires", a tweeté la police de Saxe.

"Plusieurs centaines de grammes" d'une "substance explosive bien plus dangereuse que le TNT" ont été retrouvés dans l'appartement. Selon certains médias allemands, il s'agirait de TATP, la substance explosive prisée des jihadistes de l'organisation Etat Islamique. Une centaine de riverains ont été évacués, le temps que les forces de l'ordre détruisent ces matériaux explosifs dans des trous spécialement creusés dans la terre non loin de là.

Le quartier périphérique de Chemnitz où s'est déroulé l'opération policière est composé d'immeubles HLM datant de l'époque de la RDA communiste, où vivent un certain nombre de réfugiés. Samedi après-midi, des policiers habillés de noir et lourdement armés patrouillaient sous la pluie, le quartier ayant été bouclé et les résidents invités à ne pas sortir de chez eux.

Un homme "soupçonné de complicité" a été arrêté

Samedi 8 octobre, la police a interpellé trois personnes, deux près de la gare et une troisième en centre-ville. "Il s'agit de connaissances du suspect recherché qui ont été interpellées et placées en garde à vue", a indiqué M. Bernhardt, précisant qu'elles étaient actuellement interrogées.

L'un d'entre eux devrait être présenté dans la journée de dimanche à un juge en vue d'être écroué. "Il est soupçonné de complicité" dans "la préparation d'un attentat", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police locale.

L'homme s'est révélé être "le locataire en titre" de l'appartement de Chemnitz (est), où a été retrouvé de l'explosif samedi, a-t-il ajouté. Les deux autres personnes ont été remises en liberté.

Le principal suspect toujours en fuite

Le suspect, Jaber Albakr, a échappé de peu samedi matin à la police, venue perquisitionner le logement qu'il occupait après une mise en garde du renseignement intérieur allemand, qui le surveillait depuis un certain temps, sur l'imminence d'un passage à l'acte.

"Nous étions en train de préparer l'intervention lorsqu'il a quitté l'immeuble", a indiqué un porte-parole de la police au site internet du Spiegel. L'hebdomadaire allemand parle lui d'une "bourde" des forces de l'ordre, qui auraient même tenté sans succès de stopper le fugitif à sa sortie en tirant un coup de semonce.

Selon le Spiegel, le suspect est un demandeur d'asile arrivé illégalement en Allemagne en février 2015, soit plusieurs mois avant la grande vague de migrants de l'automne 2015. L'homme a obtenu le statut de réfugié en juin de la même année.

Dimanche en milieu de journée, il n'avait toujours pas été retrouvé malgré un avis de recherche, avec photo, et la mobilisation de la police dans plusieurs régions. A Chemnitz même, la police a dit vérifier "plus de 80 renseignements jugés sérieux" mais reconnu ne "pas avoir de piste brûlante".

Le Syrien est soupçonné d'avoir voulu ou de vouloir encore s'en prendre à un aéroport allemand, affirme le site internet du magazine Focus. Dans ce contexte, la sécurité dans les deux aéroports berlinois et dans les gares de la capitale, a été renforcée. Chemnitz est située à 260 km au sud de Berlin.

La police a précisé être aussi active "au-delà des frontières de l'Allemagne", les pays voisins ayant été "informés de la situation".

"Nous prenons les faits au sérieux. Les autorités compétentes sont en contact étroit", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère allemand de l'Intérieur.

LIRE AUSSI: