Huffpost Algeria mg

Le tournage du film sur Larbi Ben M'hidi entame sa dernière phase

Publication: Mis à jour:
TOURNAGE DU FILM LARBI BEN MHIDI
Facebook
Imprimer

Le tournage du film, consacré à Larbi Ben M'hidi, figure emblématique du mouvement national et de la guerre de libération nationale, approche de la fin.

Selon son réalisateur Bachir Draïs, il ne reste que 15% du tournage. est en phase terminale, , qui établit le travail restant à prés de 15%.

Parti parachever à Ifri-Ouzellaguene à Bejaia des scènes relatives à la tenue du congrès de la Soummam en 1956, co-présidé alors par Ben M'hidi, M. Derrais s'est dit confiant pour livrer sa copie intégrale avant le mois de mars prochain.

En dépit du fait que les séquences de tournage à venir, notamment celles inhérentes à la tenue de ce congrès ou encore celles en rapport avec la bataille d'Alger sont, selon les déclarations du réalisateur du film à l'APS, des plus délicates et des plus difficiles à tourner, le film sera livré comme prévu.

"Ce n'est pas évident de tourner à Alger à cause de la circulation. De plus, il va falloir fermer certains quartiers de la Casbah", a-t-il précisé, relevant tout de même, que son équipe "maîtrise désormais le film", qui a-t-il tenu à rappeler à fait face à moult contraintes qui ont a failli en venir à bout. Des contraintes techniques et financières ont jalonné le projet, arrêté du reste depuis 2013, plusieurs fois, précise la même source.

Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi, qui a tenu à assister au tournage de certaines séquences à ifri-ouzellaguene, à 70 km à l'ouest de Bejaia, ce vendredi, a félicité le réalisateur pour son abnégation, estimant que ce projet cinématographique intéresse tous les Algériens dont il immortalise une partie de leur mémoire.

"J'espère qu'il sera projeté à l'écran le 03 mars prochain, coïncidant avec le 60ème anniversaire de l'assassinat de Larbi Ben m'hidi", a-t-il dit, encourageant toute l'équipe à être au rendez vous.

"Malgré le budget réduit, à peu prés 70 milliards de centimes, qui lui a été consacré, j'ai veillé à faire un travail éminemment professionnel et éviter de faire dans le bâclage. J'ai voulu un film à la hauteur de l'homme. Et on s'est évertué à le faire", a tenu à préciser le réalisateur.

"Le film est un biopic, qui retrace, la vie et le parcours d'un homme à la fois commun et exceptionnel, mais qui a marqué de son empreinte le combat libérateur. C'est le plus grand voyageur parmi tous ses pairs. Natif de Ain M'Lila, il a grandi à Biskra, a étudié à Batna, milité à Constantine, présidé le congrès de la Soummam, organisé la révolution à l'ouest du pays et il a fait

la bataille d'Alger", a tenu a rappelé Bachir Derrais, ajoutant que l'histoire de l'homme est très riche, bien que peu d'écrits lui ont été consacrés, hormis peut-être ceux laissés par Saad Dahleb, Benkhedda, ou encore Hachemi Troudi.

Néanmoins le film, reposant dans son scénario initial sur un texte de Mourad Bourboune, puis repris par cinq autres scénaristes successifs, a été nettement enrichi par la famille du héros, dont les récits étaient foisonnants de détails et d'anecdotes et de faits qui ont permis de retracer non seulement son parcours mais aussi ses rapports à la politique, aux conditions sociales de la femme, jusqu'à ses amours. "On raconte l'être humain dans toutes ses dimensions", a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.