Huffpost Maroc mg

Le FMI prévoit une croissance de 4,8% pour le Maroc en 2017

Publication: Mis à jour:
FMI MAROC
Le FMI prévoit une croissance de 4,8% pour la Maroc en 2017 | DR
Imprimer

ÉCONOMIE - Le FMI a annoncé dans un rapport publié le 4 octobre que la croissance marocaine devrait être de 4,8% en 2017. Un taux proche de celui enregistré en 2015, et largement supérieur à celui que devrait connaitre le pays en 2016.

Il faut dire que la mauvaise saison agricole en raison de la rareté des pluies a eu un impact négatif sur l'économie nationale, alors même que l'agriculture participe à 15% du PIB nationale. Par conséquent, le taux de croissance, selon Bank al Maghrib, devrait être d'à peine 1,4% en 2016.

Selon le Haut Commissariat au Plan (HCP), "le rythme de croissance de l'économie nationale a affiché une forte baisse durant le deuxième trimestre de 2016, se situant à 0,5% contre 4,2% au titre de la même période un an auparavant".

Dans ses projections, le FMI table sur une très légère baisse du chômage, qui devrait passer de 10,2% en 2016 à 10,1% en 2017.

Le taux de croissance attendu pour le Maroc devrait être supérieure à celui des voisins algériens et tunisiens. La Tunisie connaitre en effet une hausse de sa croissance qui devrait passer de 1,5% en 2015 à 2,8% en 2016, selon les prévisions du FMI.

L'Algérie devrait quant à elle connaitre une croissance de 2,9%, en légère baisse par rapport à 2016. Une situation qui s'explique par la baisse des coûts du pétrole au cours de l'année 2015, selon le FMI.

Les croissances marocaine et tunisienne devraient en tout cas booster la croissance du Maghreb, qui devrait passer de 2,3% en 2016 à 4,3% en 2017.

Les pays en développement, moteur de l'économie mondiale en 2016

Le FMI prévient que la croissance mondiale devrait "tomber à 3,1% en 2016 avant de remonter à 3,4% en 2017". L'institution internationale met en cause notamment le Brexit et l'économie américaine, dont la croissance sera moins importante que prévu. La prévision de croissance dans les pays avancés en 2016 a été d'ailleurs révisée à la baisse, soit 1,6 %.

Cependant, le FMI insiste sur le fait que si la croissance devrait s'accélérer en 2017, cela serait presque entièrement dû aux pays émergents et en développement. En effet, dans ces pays, "la croissance devrait s’affermir légèrement en 2016, à 4,2%, après cinq années consécutives de ralentissement".

LIRE AUSSI: